"On est vraiment coupés du monde" : en Rhône-Alpes, la galère des familles sans électricité

  • A
  • A
Partagez sur :
Depuis les chutes de neige de jeudi, 170.000 foyers sont toujours privés d'électricité en Rhône-Alpes, samedi. La situation s'améliore petit à petit mais ne devrait pas revenir à la normale avant dimanche soir. Les habitations les plus touchées se situent dans la Drôme et l'Ardèche. Europe 1 a justement suivi une famille ardéchoise qui doit s'adapter sans électricité, près de Tournon-sur-Rhône. 
REPORTAGE

170.000 foyers étaient toujours privés d’électricité samedi après-midi en Rhône-Alpes, après les chutes de neige survenues jeudi. De nombreuses lignes électriques ont été endommagées, 2.000 agents Enedis sont intervenus pour tenter de rétablir le courant. La situation ne devrait pas revenir à la normale avant dimanche soir. Parmi les lieux les plus touchés, les départements de la Drôme et de l'Ardèche. Europe 1 a pu suivre une famille résidant près de la commune ardéchoise de Tournon-sur-Rhône. 

Dans sa maison de Mercurol, Jérôme, a relevé une température de 12 degrés seulement. Ils n'ont plus d'électricité depuis jeudi soir, donc il a fallu s'adapter. "On a cherché les lampes pour pouvoir s'éclairer et puis on s'est bien habillé, on a sorti les couettes et on a passé la nuit à la maison", témoigne le père de famille. Il n'a d'ailleurs pas pu aller au travail vendredi, l'école des enfants étant fermée, il fallait s'occuper des deux petits garçons. 

Lætitia, la maman :  "On est vraiment coupés du monde"

Et la tâche s'est révélée très compliquée, selon Lætitia, la maman : "On s'aperçoit que sans électricité on ne fait plus rien, tout est équipé avec du matériel électrique à la maison, on n'a même pas de gazinière, donc je ne peux pas faire à manger. On ne pouvait pas regarder la télévision, brancher les téléphones ou l'ordinateur, pas d'internet non plus, bref on est vraiment coupés du monde", explique-t-elle. 

L'assurance de Lætitia a tout de même finalement permis de reloger toute la famille dans un hôtel près de leur lieu d'habitation. Une virée qui a plu aux enfants et qui "permet d'avoir une impression de vacances avec les enfants, de pouvoir être au chaud et de passer un moment en famille différemment de ce qu'on peut connaitre à la maison, avec les difficultés climatiques actuelles", raconte dans un sourire Jérôme. 

Mais ce n'est pas pour autant la fin des inquiétudes pour les parents, qui ne sauront qu'au dernier moment si l'école de leurs enfants ouvrira à nouveau lundi matin. 

Europe 1
Par Elise Denjean, édité par Thomas Vichard