Chutes de neige : "deux jours de travail ardu" avant de rétablir entièrement le courant, estime Enedis

  • A
  • A
Enedis, neige, électricité 2000*1000 2:30
Enedis a mobilisé 2.000 agents pour rétablir le courant au plus vite sur l'ensemble du territoire. © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, le directeur de la communication de l'entreprise qui gère le réseau électrique en France a estimé qu'il fallait "deux jours de travail ardu" de la part de ses équipes avant de rétablir le courant. 
RÉACTION

Il préfère rester prudent. Invité du Grand journal du soir, vendredi, sur Europe 1, Robin Devogelaere, le directeur de la communication d'Enedis, n'a pas pu garantir que les "245.000 foyers privés d'électricité" en raison de chutes de neige et d'arbres, survenus dans la soirée de jeudi, seront de nouveau alimentés samedi. Il estime à "deux jours de travail ardu" le temps qu'il va falloir aux agents Enedis pour rétablir le courant partout, et que des nouveaux renforts vont être dépêchés. 

Deux milles agents de la société qui gère le réseau d'électricité en France sont déjà sur le pont dans le sud-est de la France, qui a vu tomber jusqu'à 30 centimètres de neige. Si Robin Devogelaere précise que 85.000 foyers ont déjà de l'électricité, il souligne que les agents doivent travailler dans des conditions difficiles. "Notre avancée est vraiment compliquée et perturbée : le matériel, les hommes et les femmes sont là, mais les voies d'accès sont bloquées", indique-t-il. "Des arbres sont tombés, il faut les débiter, mais aussi déneiger."

Alors qu'une personne a trouvé la mort jeudi soir en tentant justement de déplacer un de ces arbres, le représentant d'Enedis tient néanmoins à souligner que "les services de l'État donne des accès prioritaires, et les mairies font un travail formidable, mais [notre] travail est ralenti". "Je connais bien mes hommes, ils travaillent d'arrache-pied, mais les conditions d'accès sont difficiles. D'ailleurs, nos cinq hélicoptères n'ont pas pu décoller, faute d'autorisation. C'était trop dangereux." 

Europe 1
Par Ugo Pascolo