Cinq machines à échographie volées dans un hôpital des Yvelines

, modifié à
  • A
  • A
Cinq machines à échographie ont été dérobées au centre hospitalier intercommunal de Poissy. 1:29
Cinq machines à échographie ont été dérobées au centre hospitalier intercommunal de Poissy. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Cinq machines à échographie ont été dérobées le soir du 24 décembre au centre hospitalier intercommunal de Poissy, dans les Yvelines. Le préjudice est estimé à 500.000 euros. La direction de l’hôpital a immédiatement déposé plainte mais les enquêteurs n'ont pour l'instant aucun indice sur l'identité des voleurs.

Les voleurs se sont envolés après leur forfait. Le soir du 24 décembre, deux agents de sécurité du centre hospitalier intercommunal de Poissy, dans les Yvelines, ont découvert que cinq machines à échographie avaient été dérobées. La direction de l’hôpital a immédiatement déposé plainte. Ce vol n'a rien d'anecdotique : ces appareils coûtent 100.000 euros l’unité. Cinq machines disparues représentent donc 500.000 euros de préjudice. 

Il y a trois ans, deux machines avaient déjà disparu

Peu après 20 heures, les deux agents faisaient leur ronde habituelle pour vérifier que l’établissement était bien fermé. Une fois arrivés dans l’annexe gynécologie, ils ont remarqué que la porte d’entrée n’était pas verrouillée comme elle aurait dû l’être. A l'intérieur, cinq portes marquées "échographes" ont été fracturées et leur contenu dérobé. 

Mais ce n’est pas tout : du détergent a été retrouvé tout le long du couloir, sur la porte de secours, elle aussi dégradée, et même sur du matériel informatique. Les enquêteurs vont devoir comprendre pourquoi l’accès à cette annexe n’était pas verrouillé et pourquoi l’alarme anti-intrusion n’a pas sonné. Pour le moment, aucun indice ne permet d’identifier le ou les voleurs, d’autant qu’il n’y pas de caméras de surveillance à cet endroit. Il y a trois ans, l'hôpital de Poissy avait déjà été victime d'un vol de ce type. Deux machines à échographie avaient alors mystérieusement disparu.

Europe 1
Par Gwladys Laffitte, édité par Laetitia Drevet