Héritage Hallyday : vers un accord pour éviter le procès ?

  • A
  • A
Les avocats de la veuve du chanteur et de ses enfants aînés se seraient rencontrés à plusieurs reprises cet été (photo d'archives).
Les avocats de la veuve du chanteur et de ses enfants aînés se seraient rencontrés à plusieurs reprises cet été (photo d'archives). © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Selon les informations du "Parisien" et de BFMTV, les avocats de Laeticia Hallyday ont rencontré ceux des enfants du chanteur à plusieurs reprises pendant l'été, ouvrant la voie à une négociation.

La bataille judiciaire entamée en février autour de l'héritage de Johnny Hallyday touche-t-elle à sa fin ? Selon les informations du Parisien et de BFMTV, les avocats de la veuve du chanteur et ceux de ses aînés, Laura et David, se sont rencontrés à plusieurs reprises cet été. Alors qu'un règlement à l'amiable semblait plus que jamais compromis au printemps, les enfants du rockeur et leur belle-mère pourraient profiter de la présence de celle-ci en France pour s'accorder sur les termes de la succession, mettant un point final à neuf mois de conflit ultra-médiatisé.

Laeticia "a tendu la main". "Le temps a calmé les tensions qui régnaient entre Laeticia, Laura et David", affirme un proche de Laeticia Hallyday au Parisien. "Elle a tendu la main et ils l'ont saisie." Dans ce dossier, Laura Smet et David Hallyday contestent depuis le début de l'année un testament dont ils estiment qu'il les déshérite au profit de leur belle-mère et de leurs deux demi-sœurs, Jade et Joy. Les aînés font valoir que c'est le droit français, imposant un partage entre tous les enfants, qui doit s'appliquer, et non le droit américain, sous l'empire duquel le testament a été rédigé.

L'accord en cours de négociation proposerait un compromis aux deux parties, selon Le Parisien. Laura Smet demanderait la villa française de Marne-la-Coquette, où est décédé son père, ainsi qu'un pourcentage sur l'exploitation de son image et quelques objets personnels à valeur sentimentale.  David Hallyday souhaiterait, lui, percevoir les droits d'une partie des titres de Johnny, à raison de 24 albums sur 51, dont "Sang pour Sang", qu'il a composé et coproduit. Les deux aînés réclameraient aussi la mise en place d'une gestion commune à cinq, avec Laura, Jade et Joy, du droit moral du chanteur - c'est-à-dire le droit de regard sur l'exploitation de son oeuvre.

"Aucun accord signé" pour l'instant. "Il y a chez Laura une volonté d'apaisement", confirme auprès d'Europe 1 Me Temime, avocat de Laura Hallyday, tout en précisant qu'"à ce jour, aucun accord n'est signé et Laura n'a toujours pas le moindre objet personnel de son père." En mai, les avocats de Laeticia Hallyday avaient refusé la mise en place d'une médiation, jugeant que les aînés ne formulaient pas de "proposition concrète" pour mettre fin au conflit. Les pistes aujourd'hui sur la table pourraient-elles changer la donne ? Elles dessinent en tous cas l'hypothèse d'un partage du vaste patrimoine de Johnny, partiellement gelé par la justice en avril, qui comprend également deux villas aux Etats-Unis et une autre à Saint-Barthélémy.

Une fois ces termes précisés, un accord éventuel pourrait intervenir avant la fin de l'année, selon BFMTV. S'il était conclu dans les prochains jours, le dossier pourrait être clos avant la sortie de l'album posthume du rockeur, prévue le 19 octobre prochain. Les deux parties gardent certainement une autre date butoir à l'esprit : celle de leur prochain rendez-vous devant les juges, le 30 novembre, pour une audience relative à la compétence du tribunal français dans cette affaire.