Grève du 5 décembre : BlaBlaCar s'attend à décupler son nombre d'inscrits

, modifié à
  • A
  • A
Le covoiturage, via Blablacar mais pas seulement, peut être une bonne alternative pour contourner la grève nationale du 5 décembre 8:58
Le covoiturage, via Blablacar mais pas seulement, peut être une bonne alternative pour contourner la grève nationale du 5 décembre © Boris HORVAT / AFP
Partagez sur :
Le mouvement national de grève du jeudi 5 décembre va engendrer la paralysie de nombreux transports publics avec la mobilisation de la SNCF et de la RATP notamment. Le covoiturage peut être une alternative. Le président-fondateur de BlaBlaCar était sur Europe 1 dimanche pour en parler.
INTERVIEW

Jeudi 5 décembre, la France va connaître un important mouvement social avec une grève nationale sur l'ensemble du territoire. De nombreux syndicats et organisations ont appelé à la grève pour s'opposer à la réforme gouvernementale sur les retraites. La SNCF et la RATP ont déjà fait savoir qu'elles participeraient à la mobilisation. Pour contourner la paralysie engendrée par la grève de transports publics importants dans le système de déplacements français, le covoiturage sera l'une des solutions. Le président-fondateur de BlaBlaCar, Frédéric Mazzella, était sur Europe 1 dimanche.

Et si les mouvements sociaux feront certainement des grincheux, ce ne sera certainement pas le cas chez BlaBlaCar ! Lors de mouvements sociaux, la plateforme de covoiturage la plus célèbre de France, avec 17 millions d'utilisateurs métropolitains et 85 millions dans le monde, voit son nombre d'inscrits bondir. Frédéric Mazzella détaille : "Sur les éditions précédentes de mouvements sociaux, on a eu une multiplication par dix parfois du nombre d’inscrits".

Les trajets domicile-travail peuvent faire économiser 100 à 200 euros par mois

Nuance toutefois, cette augmentation ne concerne pas l'application principale BlaBlaCar mais sa petite soeur, BlaBlaLines. Cette dernière se concentre sur les covoiturages courte-distance du type domicile-travail. "Elle est un petit peu différente mais parfaitement adaptée aux trajets du matin et du soir", explique Frédéric Mazzella, et se positionne donc comme une solution pour la grève de jeudi.

Pour les conducteurs et les passagers, le covoiturage possède aussi un attrait financier. "Pour le conducteur, c’est 100 à 200 euros par mois d’économisés pour les trajets domicile-travail, qui font en moyenne 15 à 20 kilomètres. On arrive facilement à 2.000 euros sur l’année", précise le fondateur de l'application numéro un de covoiturage. Par ailleurs, ce genre de trajet revient à environ deux euros pour le passager, qui s'évite tout un tas de frais s'il possède lui-même une voiture ou s'il vient de loin pour travailler.

Enfin, et c'est une évidence, le covoiturage revêt un aspect écologique indéniable puisque, pour un trajet identique, 4 personnes se déplaçant dans une même voiture polluent forcément moins que si elles conduisaient chacune la leur.

Europe 1
Par Maxime Dewilder