Grève : 53% des Français ont de la sympathie pour le mouvement ou le soutiennent

  • A
  • A
Une majorité de Français soutiennent le mouvement de grève ou ont de la sympathie pour lui.
Une majorité de Français soutiennent le mouvement de grève ou ont de la sympathie pour lui. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Selon une enquête Ifop pour le "Journal du dimanche", 33% des Français interrogés soutiennent le mouvement de grève contre la réforme des retraites, tandis que 20% des sondés ont de la sympathie pour lui. 
SUR LE JDD

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites s'est installée dans la durée pour tenter de faire plier le gouvernement, une majorité de Français ont de la sympathie pour la grève ou la soutiennent, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche.  

Dans cette enquête réalisée auprès de 1.001 personnes, 33% des sondés disent soutenir le mouvement de grève lancé le 5 décembre, et qui entraîne depuis de fortes perturbations dans les transports publics. Un chiffre en hausse de six points par rapport à une autre étude Ifop réalisée la semaine dernière. 20% des sondés disent de leur côté avoir de la sympathie pour le mouvement. 

L'hostilité pour la grève contre le projet de réforme des retraites est elle en baisse. Seulement 12% des personnes interrogées se disent hostiles à la mobilisation, alors qu'ils étaient 15% dans l'étude menée à la fin du mois de novembre. Au total, 30% s'y disent opposés ou hostiles. 

Sans surprise, les personnes se déclarant proches de la France insoumise soutiennent fortement la grève (66%), tout comme les sympathisant du Parti socialiste (45%), mais également du Rassemblement national (45%). Les proches de La République en marche sont les plus nombreux à être opposés ou hostiles à l'opposition contre la réforme (64%). 

Les Français jugent sévèrement le gouvernement

Par ailleurs, les Français portent un regard sévère sur l'action du gouvernement sur le dossier des retraites. 59% des personnes interrogées estiment ainsi que le gouvernement "porte la plus forte responsabilité dans les blocages liés au mouvement social", en ne "dévoilant pas ses intentions" pour la réforme. Le Premier ministre Édouard Philippe a promis qu'il livrerait mercredi prochain "l'intégralité du projet du gouvernement".

41% des sondés estiment au contraire que les grévistes sont les principaux responsables "en lançant un mouvement alors que le contenu de la réforme n'a pas été encore annoncé".

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Europe 1
Par Antoine Terrel