"Grand débat national" : à Nantes, on réfléchit à une réunification avec la Bretagne, "notre culture"

, modifié à
  • A
  • A
Des militants comptent demander le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne dans le cadre du "grand débat national".   1:22
Des militants comptent demander le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne dans le cadre du "grand débat national". © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Nantes, en Loire-Atlantique, samedi pour faire des propositions dans le cadre du "grand débat national" pour demander le rattachement de leur département à la région Bretagne.

Le "grand débat national" permet d'évoquer tous les sujets de préoccupation... même celui d'une Bretagne à cinq départements (Ille-et-Vilaine, Finistère, Côtes-d'Armor, Morbihan et Loire-Atlantique). Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Nantes samedi pour débattre et faire des propositions pour favoriser le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, qui n'a pas pu avoir lieu dans le cadre de la réforme territoriale.

Un "droit d'option" revendiqué. Depuis le 1er mars, la Loire-Atlantique ne peut plus exercer son "droit d'option", ouvert par la réforme territoriale pour rejoindre la Bretagne. Des habitants de Loire-Atlantique avaient pourtant manifesté leur désir d'être rattachés à cette région. En septembre dernier, 4.000 personnes (1.300 selon la police) s'étaient rassemblées à Nantes pour militer en ce sens.

Et malgré les 105.000 signatures obtenues dans le département - ce qui dépasse de peu le nombre nécessaire pour porter ce "droit d'option" à l'ordre du jour du conseil départemental -, rien n'a évolué.

"Emparons-nous de ce 'grand débat'". Les militants s'emparent donc du "grand débat national" pour faire passer le message au gouvernement. "Est-ce qu'à un moment donné, les citoyens n'ont pas leur mot à dire sur les grands projets ?", interroge Paul Loret, co-président de l'association Bretagne, au micro d'Europe 1. "Et c'est en cela que l'on voudrait faire évoluer les mentalités en France, et principalement en Loire-Atlantique."

"Emparons-nous de ce 'grand débat' !", invite-t-il. "Que chacun aille exprimer sur le site du gouvernement son envie de démocratie, son envie de réunification". Une proposition que Jocelyne a déjà faite. "J'ai écrit que je voulais la réunification, que de nombreux indicateurs montraient que Nantes était bien en Bretagne à qu'à ce titre, on nous rende notre culture."

Désormais, la plupart des habitants attendent un référendum pour trancher définitivement cette question. 

Europe 1
Par Pierre-Baptiste Vanzini, édité par Marthe Ronteix