Fonte des glaciers : "Il y a une vraie urgence sur le sujet", alerte Hugo Clément

  • A
  • A
Hugo Clément 2:31
Du Pérou au Pôle Nord, en passant par la France, Hugo Clément revient avec un nouveau volet de sa série documentaire "Sur le front", diffusé mardi soir sur France 2. © Europe 1
Partagez sur :
Du Pérou au Pôle Nord, en passant par la France, Hugo Clément revient avec un nouveau volet de sa série documentaire "Sur le front", diffusé mardi soir sur France 2. Dans cet épisode, il revient sur la fonte des glaciers, essentiels pour la régulation du climat. 
INTERVIEW

Ce sont des paysages magnifiques que les futures générations ne connaîtront peut-être pas. Ceux des glaciers de l'océan Arctique qui sont en train de disparaître. La fonte des glaces impacte notre quotidien. Les tempêtes, les inondations, l’élévation du niveau de la mer : ce qui se passe au Pôle Nord a des répercussions dans le monde entier, y compris en France. C'est l’objet du documentaire diffusé mardi soir sur France 2, le deuxième volet d’une série signée Hugo Clément : "Sur le front des glaciers". 

Les glaciers, régulateurs de notre climat

"Il y a une vraie urgence sur ce sujet. Je n'en n’avais pas conscience avant de commencer ce film je pensais que les glaciers et la banquise seraient problématiques pour les ours polaires, et les peuples autochtones de ces régions-là", confie le journaliste Hugo Clément sur Europe 1. "Je n'avais pas compris le lien direct entre les glaciers et notre vie quotidienne ici, en France."

"Les glaciers et la banquise jouent un rôle de bouclier face au réchauffement du climat. Ils réfléchissent les rayons du soleil et donc permettent à notre climat de ne pas se réchauffer trop vite. S'ils disparaissent, notamment en Arctique, on va avoir en France une multiplication des canicules, des sécheresses et des événements météorologiques exceptionnels", ajoute-t-il. 

Une expédition pour sauver Mike Horn

Dans ce documentaire de presque deux heures, l'équipe de "Sur le front" s'est rendue en Autriche, au Pérou, en France et au Pôle Nord. Le tournage aura duré un mois et demi, dans des conditions de tournage parfois extrêmes. "Notamment au Pérou et au Pôle Nord", précise Hugo Clément. "Nous avons assisté à l'opération de secours de Mike Horn. Au Pérou, nous avons tourné à plus de 5.000 mètres d'altitude." 

En décembre dernier, l'explorateur Mike Horn et son compagnon de voyage se retrouvent en détresse sur la banquise. Hugo Clément et son équipe embarquent avec la fille de l'explorateur, Jessica, pour secourir les deux hommes piégés par les conséquences du réchauffement climatique.

"Il n'avait pas du tout anticipé un tel réchauffement. Il s'était déjà rendu au Pôle Nord en 2006, il avait mesuré entre deux et trois mètres de glace et là au même endroit il a mesuré entre cinq et dix centimètres. Et c'est ce qui explique la difficulté de cette mission. Ils ont même eu de la pluie au Pôle Nord, en décembre", raconte le journaliste.

L'espoir dans la communauté internationale

Dans le documentaire, l'équipe de "Sur le front" présente aussi des solutions. Une équipe de chercheurs suisses a testé devant les caméras un canon à neige pour protéger les glaciers. La neige, en réfléchissant les rayons du soleil, pourrait protéger ainsi les glaciers. Contrairement au canon à neige dans les stations de ski, ce prototype n'utilise pas d'électricité.

"L'espoir c'est de généraliser ce système pour les glaciers alpins, en tout cas les glaciers de montagnes", explique Hugo Clément. "Cela permettra, selon les scientifiques, de ralentir la fonte et peut-être, dans certains cas de permettre à certains glaciers de grossir à nouveau, puisque cette couche de neige va le protéger des rayons du soleil. Mais c'est un pansement sur une plaie ouverte."

Pour le journaliste, le principal espoir réside dans la communauté internationale et la mise en oeuvre de politiques pour limiter durablement et efficacement les gaz à effet de serre. "Il faut faire pression sur les gouvernants pour qu'ils prennent les bonnes décisions pour sauver les glaciers." 

Europe 1
Par Mathilde Durand