Flashball et LBD "posent un problème dans le maintien de l'ordre", estime le Défenseur des droits Jacques Toubon

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur Europe 1, jeudi soir, le Défenseur des droits Jacques Toubon a affirmé que les lanceurs de balles de défense "présentaient une dangerosité qui fait que l'intégrité des personnes qui manifestent, peut être atteinte".
INTERVIEW

Jeudi 10 janvier, le Défenseur des droits Jacques Toubon a préconisé l'interdiction des flash-ball pour le maintien de l'ordre. "C'est dans le maintien de l'ordre que les armes de force intermédiaire (comme les flashball et les LBD) posent un problème", a-t-il assuré jeudi soir sur Europe 1. L'utilisation de ces armes dites de force intermédiaire, notamment le LBD 40x46, est au coeur de polémiques ces dernières semaines après que de nombreux manifestants ont été blessés, parfois grièvement au visage, lors des rassemblements de "gilets jaunes".

"Revenir au maintien de l'ordre". "Ils présentent une dangerosité qui fait que l'intégrité des personnes qui manifestent peut être atteinte", a affirmé Jacques Toubon. "Ne faut-il pas revenir à une doctrine du maintien de l'ordre (qui comporte trois choses : le renseignement, à pousser davantage, la communication, [afin que les policiers] parlent avec ceux qui manifestent, et l'accompagnement ?"

"Il faut tenir compte des nouvelles façons de manifester et de l'intervention de groupes violents dans les manifestations", a jugé le Défenseur des droits. "Il faut préserver la liberté de manifester", a-t-il appelé.