avocate illustration 1280 ALAIN JOCARD / AFP 0:45
  • Copié
Anaïs Huet , modifié à
Après des années de résistance, les Immortels de l'Académie française sont sur le point de féminiser les noms de métiers. Pour les linguistes Bernard Fripiat et Bernard Cerquiglini, il était temps.

Comment appeler une femme sapeur-pompier ou maître-nageur ? Jeudi prochain, l'Académie française se penchera sur la féminisation des noms de métiers et rendra un rapport sur cette épineuse question. "En France, tout le monde – dans la conversation courante, dans la presse, dans la langue professionnelle et administrative – féminise les noms. En Belgique, en Suisse et au Québec aussi. Il n'y avait plus que l'Académie française, elle régularise donc la situation", explique chez Wendy Bouchard l'historien de la langue française Bernard Fripiat, également chroniqueur d'Europe 1.

Inégalités de genres et histoire de la langue. "Pendant trente ans, l'Académie a bloqué un changement linguistique naturel et évident socialement, et qui s'était répandu en francophonie", regrette aussi Bernard Cerquiglini, linguiste et auteur de Le/la Ministre est enceinte ou la grande querelle de la féminisation des noms, aux éditions du Seuil (2018).

Dès lors, il est aujourd'hui usuel d'entendre les mots "avocate", "directrice", ou magistrate". "Féminiser la langue, ce n'est pas la tordre, c'est revenir à un usage naturel et ancien. Ce que vous avez appris il y a 60 ans résultait d'une situation dépassée où seuls les hommes avaient accès aux professions importantes, et où le masculin primait. L'histoire de la langue française traduit une certaine égalité jusqu'à la Renaissance, puis un recul, une sorte d'enfermement féminin après la Révolution française", indique le spécialiste.

>> De 9h à 11h, c'est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

Le "féminin conjugal". Le mot "écrivaine" illustre parfaitement cette situation, selon les deux linguistes. "Quand l'Académie se fonde (en 1634, ndlr), les femmes sont exclues du champ littéraire. Le pouvoir littéraire est naturellement aux mains des hommes. Le mot 'écrivaine' devient donc inusité et paraît un néologisme, alors que c'est un archaïsme", note Bernard Cerquiglini. 

À cette époque, comme les femmes sont exclues de bien des professions, se met en place le "féminin conjugal". "L'ambassadrice n'est que l'épouse de l'ambassadeur, la colonelle n'est que l'épouse du colonel. Dans toute la littérature, dans toute la presse, dans tous les dictionnaires du 19e siècle, une étudiante est la petite amie d'un étudiant", nous apprend Bernard Cerquiglini. "Quand, à la fin du 19ème, les étudiantes ont eu accès non plus seulement aux lits des étudiants, mais aux amphithéâtres, elles se sont emparées du mot et le mot a changé de sens."

"On ne va pas féminiser en cachette". Si les historiens de la langue s'accordent à dire que la féminisation actuelle des noms n'est qu'un juste retour à des formes anciennes de la langue française, certains commentateurs la jugent, au contraire, parfaitement incompréhensible. Selon eux, ses défenseurs veulent dénaturer les mots et ne réfléchissent que par effet de mode. "Mais généralement, les puristes se trompent", rétorque Bernard Fripiat.

Le mot "autrice", féminin de "auteur", concentre à lui seul bon nombre de critiques, essentiellement sur la prétendue laideur du mot à l'oreille. "Le fait que ce soit laid, ça ne tient pas debout. Et mettre 'auteure' avec un 'e', c'est que l'on veut féminiser les fonctions mais que l'on ne veut pas que ça s'entende. On ne va pas féminiser en cachette !", défend Bernard Fripiat. "Qu'on mette 'autrice', on s'habituera. C'est plus cohérent. On dit bien actrice ou lectrice."

Même chose pour l'emploi de "sapeuse-pompière", que soutiennent les deux linguistes. "Répétez-le une dizaine de fois, et le mot est tout simple. Morphologiquement, il n'y a aucun problème. Simplement, il faut s'y mettre", considère Bernard Cerquiglini. Et de poursuivre : "La nouveauté choque. Quand on a inventé le mot 'baladeur' pour remplacer le 'walkman', les gens m'ont dit que ça choquait l'oreille. Le croirait-on maintenant ?"