Confinement : "On a énormément de remontées de violences conjugales", rapporte le co-président de la FCPE

, modifié à
  • A
  • A
"Il  y a deux choses qui rendent dingues les gens : la chaleur et la promiscuité", estime Rodrigo Arenas (photo d'illustration). 2:05
"Il y a deux choses qui rendent dingues les gens : la chaleur et la promiscuité", estime Rodrigo Arenas (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Interrogé sur Europe 1 dimanche, Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, a expliqué avoir de nombreux appels trahissant une exacerbation des violences familiales en raison du contexte de confinement mis en place contre le nouveau coronavirus. "Ça craque parce que l’on ne peut pas sortir, faire des activités", avance-t-il. 
INTERVIEW

Dans le contexte du confinement dû à l’épidémie de Covid-19, les violences intrafamiliales se multiplient. "On a énormément de remontées de violences conjugales", a confié dimanche au micro de Bernard Poirette, dans la matinale d’Europe 1, Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves.

"Il y a deux choses qui rendent dingues les gens : la chaleur et la promiscuité. On n’a pas la chaleur, mais on a la promiscuité. On a énormément de remontées de violences conjugales et les enfants qui sont au bout de la chaîne s’en prennent plein la figure", explique ce responsable. "Ça craque parce que l’on ne peut pas sortir, faire des activités. Le quotidien est profondément bouleversé", avance-t-il.

Une rupture pédagogique, qui touche d'abord les plus fragiles

Pour Rodrigo Arenas, le confinement a provoqué une rupture de la continuité scolaire, rupture qui attise les tensions au sein des foyers avec enfants, en même temps qu’elle trahit la fragilité du système éducatif français. "Aujourd’hui, on est dans une situation ou le coronavirus a révélé les fragilités de notre système, c’est-à-dire un système fait pour les enfants qui vont bien, mais qui a bien du mal à s’occuper des plus fragiles, par exemples tous ces enfants pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance, et qui se retrouvent aujourd’hui dans des conditions extrêmes."

Un avant et un après coronavirus pour le système scolaire français

Autre problème selon le co-président de la FCPE : le manque de formation des enseignants à utiliser les outils numériques pour assurer la classe. "Les enseignants utilisent des logiciels qui ne protègent même pas les données personnelles. Ils ne sont pas formés à faire la classe avec les outils numériques coopératifs et collaboratifs. La France ne sait pas travailler de cette façon-là !", déplore-t-il. "Quand il y a des fratries c’est encore plus compliqué. Quand vous avez un seul ordinateur à la maison, pour deux ou trois enfants, qui commence ? Et Ensuite, à qui le tour ?"

Pour lui, le CNED, spécialisé dans l’enseignement à distance, ne peut offrir qu’un simple accompagnement au regard de l'ampleur de la crise. "Le CNED fonctionne, mais il fonctionne dans sa méthode, c’est-à-dire une approche individuelle de l’éducation et de la scolarité, alors que nous sommes aujourd’hui sur des cours de masse", relève-t-il. "Le CNED peut épauler, mais ne peut pas faire à la place de l’enseignant." Rodrigo Arenas l'assure, au sortir de cette crise, "l'école va profondément changer."

Europe 1
Par Romain David