Extension du pass sanitaire, vaccination... Ce qu'il faut retenir de l'interview de Jean Castex sur TF1

, modifié à
  • A
  • A
Le Premier ministre Jean Castex était l'invité du journal de 13 heures de TF1 mercredi.
Le Premier ministre Jean Castex était l'invité du journal de 13 heures de TF1 mercredi. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a pris la parole dans le journal de 13 heures de TF1 pour détailler les modalités d'application du pass sanitaire. Depuis ce mercredi, l'accès à certains établissements recevant du public est soumis à la présentation de ce sésame, le gouvernement espérant pousser les Français à se faire vacciner en plus grand nombre. 
L'ESSENTIEL

Après un Conseil de défense, le Premier ministre Jean Castex est intervenu au JT de 13 heures de TF1 pour détailler les modalités de l'extension du pass sanitaire, entrée en vigueur ce mercredi 21 juillet dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes. "Le monde est confronté à une quatrième vague, elle arrive, nous devons réagir !", a déclaré le chef du gouvernement, alors que l’épidémie de coronavirus repart à la hausse en France depuis plusieurs semaines sous l’effet du variant Delta. "L’objectif du pass sanitaire est de renforcer la vaccination", a-t-il rappelé.

"La 4ème vague, on y est"

"La 4ème vague, on y est", a affirmé Jean Castex sur la première chaîne, en précisant que le nombre de contaminations avait bondi de 140% en une semaine. "96% des 18.000 cas de contamination mardi (recensés en France) n'étaient pas vaccinés", a indiqué le chef du gouvernement. Pour l'heure, en dehors de l'extension du pass sanitaire, le gouvernement n'envisage pas de nouvelles mesures de freinage, mais certaines décisions pourront être prises à l'échelon local, en fonction des indicateurs de suivi de l'épidémie. Jean Castex cite, à titre d'exemple, le "port du masque, qui peut être soit généralisé sur un département, soit sur certaines zones où les concentrations de population sont fortes."

Les responsables d'établissements n’auront pas à vérifier l’identité de leurs clients

Les responsables d'établissements recevant du public, dont les cinémas et les musées depuis mercredi puis les cafés et restaurants à partir d'août, devront contrôler les pass sanitaires mais ne seront pas tenus responsables en cas de fraude, a expliqué Jean Castex, ajoutant qu'"une semaine de pédagogie" serait accordée. Les gérants seront "responsables du contrôle" du pass sanitaire, mais pas de la "vérification de l'identité" de la personne qui le présente, qui sera du ressort des forces de l'ordre, a précisé Jean Castex. Après une semaine de "pédagogie" pour les établissements concernés, viendra "le temps des sanctions", a-t-il ajouté.

Le pass sanitaire doit être étendu à partir du mois d'août aux restaurants, aux bars, à certains centres commerciaux et aux transports en commun de longue distance, selon les déclarations d'Emmanuel Macron le 12 juillet.

Pas de pass sanitaire pour aller à l’école

Il n’y aura "pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires", a voulu rassurer Jean Castex mercredi. "Toute notre stratégie depuis le début de la crise (...) a consisté à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés. (...) Alors on va pas dire maintenant, si vous n'êtes pas vaccinés, d'autant que certains n'y peuvent rien, on va vous priver d'école. Donc pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires."

Néanmoins, le gouvernement entend renforcer la vaccination des 12-18 ans. "Nous allons mettre le paquet pour vacciner les jeunes de 12 à 18 ans. Dès septembre nous allons mettre en place des dispositifs pour aller les vacciner directement dans les établissements, dans les collèges et les lycées", a-t-il insisté.

Un objectif de 50 millions de primo-vaccinés d'ici fin août

Sur le front de la vaccination, le Premier ministre a annoncé l'ouverture de cinq millions de rendez-vous "dans les 15 jours". Le chef du gouvernement a espéré que quatre millions de Français reçoivent leur première dose pendant la dernière semaine de juillet, et quatre autre millions la première semaine d'août. L'exécutif souhaite atteindre le seuil des 50 millions de primo-vaccinés d'ici la fin du mois d'août.

Un avertissement adressé aux opposants au pass sanitaire et aux anti-vaccins

Le gouvernement sera "intraitable" avec ceux qui "en viennent à des actes de violence" en protestant contre la vaccination ou le pass sanitaire en ayant "une posture idéologique, voire politique", a également mis en garde le Premier ministre. "On a le droit de manifester" mais "nous serons intraitables avec ceux qui (...) en viennent à des actes de violence", "font allusion à l'étoile jaune ou à la Shoah, s'en prennent à des permanences parlementaires, mettent le feu à des centres de vaccination", ce qui est "très grave", a-t-il ajouté.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP