"Je peux déménager ?" : la police lance un tchat pour répondre aux questions sur le confinement

  • A
  • A
La police nationale lance un tchat sur internet pour la durée du confinement.
La police nationale lance un tchat sur internet pour la durée du confinement. © AFP
Partagez sur :
La police nationale a mis en place un tchat sur son site internet pour répondre aux questions des Français pendant le confinement. "L’écrasante majorité des contacts que nous avons sont très courtois", commente le commandant Olivier Meisse, responsable de ce tchat, sur Europe 1.

Ai-je le droit de promener mon chien ou de faire du sport ? De nombreux Français continuent de se poser des questions sur les mesures de confinement. Pour y répondre, la police nationale a mis en place un tchat sur son site internet, avec 12 policiers derrière l’écran et accessible 7 jours sur 7 de 8 heures à 21 heures.

"C’est gratuit, vous pouvez nous contacter gratuitement avec des vrais policiers qui vous répondent le plus précisément possible pendant la durée du confinement. Les sollicitations ont majoritairement trait aux mesures de confinement : dans quelle mesure je peux porter assistance à une personne de mon entourage, est-ce que je peux déménager, aller promener mon chien, faire du sport…", explique le commandant Olivier Meisse, le responsable de ce tchat interrogé par Europe 1.

"Des messages d’encouragement et de remerciement"

En moyenne, ce tchat reçoit 800 connexions par jour. Une manière de répondre aux interrogations sans encombrer le 17, la ligne téléphonique d'urgence. "L’écrasante majorité des contacts que nous avons sont très courtois et s’achèvent régulièrement avec des messages d’encouragement et de remerciement. C’est pour ça que nous exerçons ce métier, pour rendre service à la population. Quand les gens nous en sont gré ça fait évidemment plaisir", se satisfait le commandant Olivier Meisse.

Par ailleurs, si un internaute envoie un message à caractère urgent, il peut être directement transféré sur une autre plateforme en ligne adéquat, notamment en cas d'escroquerie par internet ou de violence sexuelle ou sexiste.