Revivez le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées

, modifié à
  • A
  • A
defile 14 juillet
Partagez sur :

En ce jour de Fête nationale, les militaires ont défilé à Paris, sur la terre et dans les airs, en présence des plus hautes autorités du pays et avec le Japon et Singapour en invités. Le tout sous très haute sécurité.

L'ESSENTIEL

Quelque 4.290 militaires, 220 véhicules, 250 chevaux, 64 avions et 30 hélicoptères… Voilà ce qu'ont découvert les spectateurs qui se sont massés sur les Champs-Elysées samedi pour le traditionnel défilé militaire du 14-Juillet. Cette année, l’événement, placé sous très haute sécurité, avait comme invités d’honneur le Japon et Singapour. Le défilé avait pour thème "Fraternité d'armes sous l'uniforme : l'engagement d'une vie", et a fait la part belle aux blessés de guerre et aux soldats qui ont participé aux opérations de secours dans les Antilles françaises après le passage des ouragans Irma et Maria.

Les infos à retenir

  • Emmanuel Macron est arrivé à 10 heures près de l’Arc de Triomphe avant de passer en revue les troupe sur les Champs-Elysées
  • L’événement s'est déroulé sous très haute sécurité, avec 12.000 forces de l’ordre mobilisées à Paris
  • Le Japon et Singapour étaient les invités d’honneur du défilé cette année

De la musique pour finir. Tous les militaires et les blindés sont passés. Place à la musique avec un morceau très réussi, des tambours de l'armée et des chansons des choeurs, dont une très belle Marseillaise, pour finir.

Les troupes défilent. Retour sur terre, avec le défilé des troupes au sol. Plus de 4.000 soldats descendent la "plus belle avenue du monde", de l'Arc de Triomphe à la place de la Concorde. Se succèdent des élèves des écoles militaires, des gendarmes, des soldats de l’armée de terre, de la marine, des membres de l’administration pénitentiaire, des douaniers, des militares de la Légion étrangère. Le défilé se termine par la descente toujours impressionnante des blindés.

Toujours très impressionnants, les Pionniers de la Légion étrangère, barbe fournie et hache à l'épaule, défilent, mais plus lentement que les autres militaires. Ce sont eux qui clôturent le défilé à pied : 

Après les blindés, la Garde républicaine conclut le défilé : 

garde-

Place au défilé aérien. Pas moins de 64 appareils survolent la capitale, pour des images toujours impressionnantes. Parmi eux, les neuf Alphajet de la Patrouille de France, avec à leur bord trois blessés des armées françaises, et qui lâchent un panache bleu blanc et rouge. Un avion ravitailleur A330 MRTT, nouveau venu dans la flotte de l'armée de l'Air, est également de la partie, comme une quinzaine de A330 MRTT, qui doivent remplacer progressivement les C135. Enfin, 30 hélicoptères des armées, de la gendarmerie ont fendu le ciel de la capitale. 

Le show de la Garde républicaine. Qu'ils soient à moto, à cheval ou à pied, voire même en motocross, les gardes républicains ont fait démonstration de leur habileté juste devant la tribune présidentielle installée place de la Concorde. Un show tout en synchronisation entre les hommes, les animaux et les machines.

A noter quand même la légère collision entre deux motards, qui ont du coup chuté à très basse vitesse au pied de la tribune présidentielle.

Macron a descendu les Champs-Elysées. Le président de la République a donné le coup d'envoi du 138ème défilé du 14-Juillet en se rendant sur les Champs-Elysées. Emmanuel Macron a quitté, sous bonne escorte, l'Elysée, direction la place de l'Etoile pour y passer en revue les troupes stationnées au pied de l'Arc de Triomphe et tout au long de l'avenue. Le chef de l'Etat est monté pour cela dans un Command-Car militaire. Il a descendu les Champs-Elysées, escorté par 22 motos et 165 chevaux de la garde républicaine.

Arrivé place de la Concorde, Emmanuel Macron a reçu les honneurs militaires, au son de La Marseillaise.

Entre Macron et l’armée, une relation apaisée. Après les tensions de l’an passé, quand le général Pierre de Villiers, chef d'État-Major, avait démissionné après avoir été sèchement recadré par Emmanuel Macron, les relations entre le chef de l’Etat et ses armées semble beaucoup plus apaisée. Budgets en hausse et discours élogieux ont calmé la grogne des militaires.

>> A  LIRE : Emmanuel Macron et les armées, une relation en voie d’apaisement

Europe 1 a participé aux préparatifs du défilé aérien. La cérémonie commencera par le défilé aérien. Plus de 60 avions survoleront Paris en moins de 10 minutes. Et même pour les pilotes les plus aguerris, c'est évidemment un spectacle qui se prépare minutieusement. Il y a un mois, ils ont effectué un vol de reconnaissance au-dessus de Paris. Europe 1 a volé avec eux ce jour-là dans l’un des hélicoptères.

>> A LIRE : Europe 1 a participé au vol de reconnaissance du défilé aérien

Dans les coulisses du défilé. Pour mettre en musique les quelque 4.300 militaires mobilisés pour l’événement, c’est le général Bruno Le Ray qui fait office de chef d’orchestre pour la troisième année consécutive. Le militaire s’y prépare depuis de longues semaines.

>> A LIRE : dans les coulisses du défilé, avec son chef d'orchestre

Le programme 

10 heures : passage en revue et honneurs au Président. Emmanuel Macron est attendu à 10 heures près de l’Arc de Triomphe, où il procédera à la revue des troupes. Puis le président de la République se rendra place de la Concorde, où les honneurs militaires lui seront rendus.

10h35 : défilé aérien. Il faudra ensuite lever les yeux au ciel pour admirer le passage, toujours spectaculaire des 64 avions qui survoleront Paris. Dans l’un des Rafale mis à contribution prendra place l’astronaute Thomas Pesquet, membre de la réserve citoyenne de l'armée de l'Air.

10h45 : défilé des troupes. Retour sur terre ensuite, avec le passage des militaires sur les Champs-Elysées. A noter la présence, malgré la défaite de la Belgique face à la France en demi-finale de la Coupe du monde, de soldats belges du bataillon de chasseurs ardennais aux côtés des Français du 152ème régiment d'infanterie de Colmar, surnommés...les Diables Rouges, tout comme les joueurs de l'équipe nationale belge. Par ailleurs, l'une des quatre premières femmes officiers à avoir servi à bord d'un sous-marin nucléaire français défilera au côté de son équipage.

Fin du défilé : La Marseillaise et L’hymne à l’amour, interprétée par la cantatrice Julie Cherrier.
Après l'étonnante reprise l'an dernier des tubes du groupe électro français Daft Punk par une fanfare militaire, le programme musical qui clôturera le défilé 2018 se fera plus sage. Accompagnée par un orchestre et un choeur militaires, la cantatrice Julie Cherrier interprétera pour le public L'Hymne à l'Amour et La Marseillaise.