Cérémonie d'hommage aux Invalides : Emmanuel Macron salue les deux militaires "morts en héros pour la France"

, modifié à
  • A
  • A
Les membres des Forces spéciales ont porté les cercueils de leurs deux camarades.
Les membres des Forces spéciales ont porté les cercueils de leurs deux camarades. © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :
Un hommage national a été rendu mardi matin aux Invalides à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, en présence d'Emmanuel Macron et des trois corps de l'armée.
L'ESSENTIEL

La France a rendu mardi matin un hommage national, lors d'une cérémonie dans la cour des Invalides en présence du président de la République, à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux commandos de Marine tués en libérant des otages au Burkina Faso.

Les principales informations à retenir

  • Le cortège funéraire est d'abord passé sur le pont Alexandre III, où de nombreux soldats et civils étaient présents
  • Aux Invalides, Emmanuel Macron a prononcé un discours saluant le courage des deux hommes
  • Les cercueils des deux militaires ont été portés par leurs frères d'armes du commando Hubert
  • Maître Cédric de Pierrepont, et maître Alain Bertoncello ont été faits chevaliers de la Légion d'honneur à titre posthume

L'hommage des Français

Les cercueils de Cédric de Pierrepont, 33 ans et Alain Bertoncello, 28 ans, recouverts du drapeau tricolore, ont d'abord traversé la Seine à 10 heures sur le pont Alexandre III, où de nombreux soldats et civils étaient présents, applaudissant solennellement le cortège funéraire à son passage. Cette tradition d'hommage citoyen aux soldats tombés au combat, sur le plus beau pont de la capitale française, est relativement récente : elle remonte à 2011, à l'initiative d'associations d'anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris.

Vers 9h30, notre reporter sur place nous indiquait que la foule se massait peu à peu peu le long des barrières installées sur le trottoir, des deux côtés de la chaussée. Les anciens combattants, très nombreux et très reconnaissables avec leurs bérets, leurs médailles et leurs drapeaux, y sont nombreux. En pleurs au micro d'Europe 1, Jean, 81 ans, vétéran de la Guerre d'Algérie, confie : "Ce sont nos frères d'armes. C'est la famille. Ils ont donné leurs vies pour sauver des gens. C'est le sens du devoir et de l'humanité."

De nombreux civils, dont certains sont venus de province, ont aussi fait le déplacement pour saluer la mémoire de ceux qu'ils appellent des "héros".

La cérémonie solennelle et émouvante aux Invalides

À 11 heures a démarré la cérémonie d'hommage dans la cour d'honneur des Invalides. Familles, frères d'armes, membres du gouvernement, les anciens chefs de l'Etat Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que les représentants des différentes formations politiques sont présents. Les proches des deux soldats sont venus avec des photos montrant des moments de bonheur vécus par Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello.

Après avoir écouté la Marseillaise, Emmanuel Macron a passé en revue les troupes en revue, en compagnie des différents chefs d'état-major. Armée de l'air, armée de terre, marine nationale… Les trois corps étaient représentés. Le chef de l'Etat - accompagné de Brigitte Macron -, est ensuite allé saluer les familles des victimes, notamment leurs compagnes, très émues.

Accompagnés par le bagad de Lann Bihoué, les cercueils des deux militaires, recouverts d'un drapeau français, ont été portés par leurs frères d'armes du commando Hubert et ont été disposés côte à côte, avec leurs portraits. À noter que depuis un décret de 2011, il est interdit de filmer le visage de ces unités spécialisées pour garantir leur sécurité. Les autorités militaires et l'Élysée appelaient donc les chaines de télévision à la responsabilité au moment de diffuser cette séquence. 

Tout au long de cet hommage, les deux cercueils étaient reliés par une "sangle de vie", une corde utilisée par les nageurs de combat pour les plongées de nuit, et qui symbolise leur destin.

Emmanuel Macron salue la mémoire des deux soldats

Emmanuel Macron s'est ensuite dirigé vers le pupitre pour y prononcer un discours. "La France était encore endormie lorsqu'à plusieurs milliers de kilomètres de Paris, nos forces spéciales s’engagèrent pour neutraliser un groupe terroriste islamiste et libérer deux de nos compatriotes. C'était une mission périlleuse, les ravisseurs étaient déterminés. C'était une mission difficile, mais nécessaire", a d'abord déclaré le président. "Encore quelques heures et les otages auraient été aux mains des terroristes maliens, avec le risque de perdre complètement leurs traces", a poursuivi Emmanuel Macron. "En tête de la colonne d'assaut, deux hommes, deux militaires d'expérience, deux guerriers d'exception : le maître de Pierrepont, et le maître Alain Bertoncello."

Le chef de l'Etat a poursuivi le récit de l'assaut. "Dans la nuit, ces deux hommes, et à leur suite leurs frères d'armes, progressaient sans se faire repérer de la sentinelle qui veillait. Soudain, le silence absolu du désert cessa, brisé par le claquement mécanique des culasses. Au seuil du campement, les ravisseurs se trouvaient là, prêts à en découdre, prêts à faire feu. Pour sauver la vie des otages, une seule solution, mener l'assaut sans ouvrir le feu. Les deux militaires n'hésitèrent pas un seul instant, bravant la mort pour sauver des vies. Ils pénétrèrent dans les tentes pour sauver les vies des nôtres. Rapidement, les otages furent extraits mais l'ennemi tira à bout portant. Ils tombèrent. La mission était un succès, mais nos deux soldats n'étaient plus. Ils étaient morts en héros pour la France."

Le président de la République a également eu un mot pour Sophie Pétronin, otage française au Mali depuis le 27 décembre 2016. "Nous ne l'oublions pas. La France est une nation qui n'abandonne jamais ses enfants", a-t-il assuré.

Emmanuel Macron a ensuite remis aux deux soldats le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume. Une cérémonie d'honneurs militaires, réservée aux familles et aux proches des deux membres des Forces spéciales, a déjà eu lieu lundi après-midi aux Invalides, au cours de laquelle le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, a présenté ses condoléances aux familles et a décoré les soldats, à titre posthume, de la médaille militaire et de la Croix de la valeur militaire. 

Des obsèques dans l'intimité

Les obsèques d'Alain Bertoncello auront lieu samedi chez lui en Haute-Savoie "dans l'intimité familiale". Ceux qui le souhaitent pourront se recueillir devant sa dépouille, à la maison funéraire de la ville d'Annecy. Les obsèques de Cédric de Pierrepont auront lieu mercredi après-midi en l'église de Larmor-Plage, dans le Morbihan.

Europe 1
Par Anaïs Huet, avec AFP