Sophie Pétronin, otage au Mali : "Nous ne l'oublions pas", assure Macron

, modifié à
  • A
  • A
L'humanitaire Sophie Pétronin a été enlevée à Gao, au Mali, en décembre 2016.
L'humanitaire Sophie Pétronin a été enlevée à Gao, au Mali, en décembre 2016. © AFP PHOTO / liberons-sophie
Partagez sur :
Le président Emmanuel Macron a eu une pensée pour Sophie Pétronin, "encore aux mains de ses ravisseurs" au Mali, lors d'un hommage national rendu aux Invalides aux deux officiers mariniers tués au Burkina Faso pour libérer des otages.

"Nous ne l'oublions pas": le président Emmanuel Macron a assuré mardi que "jamais notre pays n'abandonne ses enfants", citant Sophie Pétronin, otage au Mali, lors d'un hommage national rendu aux Invalides aux deux officiers mariniers tués au Burkina Faso pour libérer des otages.

"Je pense à Sophie Pétronin, encore aux mains de ses ravisseurs. Nous ne l'oublions pas. Ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre pays n'abandonne ses enfants", a déclaré le chef de l'Etat. Le chef d'état-major français, le général François Lecointre, a indiqué sur RTL ne pas avoir "d'éléments sur l'endroit où est détenue Sophie Pétronin", enlevée le 24 décembre 2016.

L'inquiétude de son fils

La dernière vidéo où est apparue Sophie Pétronin, médecin humanitaire enlevée à Gao, avait été reçue mi-juin 2018. Elle y apparaissait très fatiguée et le visage émacié, et en appelait au président de la République. Dans une autre vidéo publiée le 11 novembre, où elle n'apparaissait pas, ses ravisseurs affirmaient que son état de santé s'était dégradé.

Le 28 avril, dans le Journal du dimanche, son fils avait éploré que sa mère soit "sacrifiée" par le refus selon lui des autorités françaises de "discuter" avec ses ravisseurs.