Coronavirus : suivez l’évolution de la situation vendredi 28 février

, modifié à
  • A
  • A
Le maire de la commune de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie avait annoncé de nouveaux cas dans la journée de vendredi.
Le maire de la commune de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie avait annoncé de nouveaux cas dans la journée de vendredi. © MAXIME PETIT / AFP
Partagez sur :
Dix-neuf nouveaux cas d'infection de coronavirus ont été confirmés vendredi en France. "Une nouvelle étape de l'épidémie est franchie", a déclaré le ministre de la santé Olivier Véran. Sur le front économique, les marchés financiers mondiaux ont connu une de leurs pires semaines depuis la crise financière de 2008-2009.

L’épidémie de coronavirus Covid-19 a connu un nouveau bond vendredi en France avec la confirmation par le ministre de la Santé de 19 nouveaux cas. Dans le monde, la maladie poursuit sa progression, avec par exemple un premier cas détecté en Afrique subsaharienne, au Nigéria. Conséquence : l'OMS a porté la menace internationale à "très élevée". Et c'est aussi la situation économique qui alarme. Dans le monde entier, les bourses plongent, dans des proportions inédites depuis la grande crise économique et financière de 2008.

Les informations à retenir

  • Le nombre de cas avérés en France est passé de 38 à 57 vendredi, avec un foyer important dans l’Oise
  • L'OMS a porté la menace internationale à "très élevée", alors qu'un premier cas a été recensé en Afrique subsaharienne
  • La panique gagne les marchés financiers, avec des chutes des indices boursiers inédites depuis 2008

19 nouveaux cas

Dix-neuf nouveaux cas d'infection au nouveau coronavirus ont été confirmés vendredi en France, ce qui porte à 57 leur nombre total depuis fin janvier, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. "Une nouvelle étape de l'épidémie est franchie", a déclaré le ministre, en visite à Crépy-en-Valois dans l'Oise, où enseignait le premier Français décédé des suites de l'infection. Jeudi, le nombre de cas avérés était déjà passé de 18 à 38 en fin de journée.

"Plusieurs 'clusters' [des cas groupés, ndlr] sont identifiés" à travers le territoire, a-t-il également rappelé. Le principal se trouve dans l'Oise : "Il y a ce soir 18 cas dans l'Oise", soit "six de plus" que jeudi. 

En outre, il y a "six cas à Annecy", contre quatre recensés jeudi, "six cas qui concernent des voyageurs qui rentraient de voyage organisé en Egypte" contre deux recensés jeudi et "deux cas à Montpellier", selon le ministre. "Il reste douze cas en revanche isolés", a-t-il ajouté.

"Éviter la poignée de mains"

Application très concrète pour le quotidien des Français : Olivier Véran "recommande désormais, et pour une période qui reste à déterminer, d'éviter la poignée de mains". "Nous passons désormais au stade 2 [sur un total de 3, ndlr] : le virus circule sur notre territoire et nous devons freiner sa diffusion", a poursuivi le ministre. "En situation épidémique, vous protéger c'est protéger aussi les autres et ce sont les petits gestes qui font une grande protection."

L'entreprise La Poste a fait savoir vendredi que l'envoi de courriers et de colis vers la Chine est temporairement suspendu en raison des ajustements logistiques des compagnies aériennes face à la crise du coronavirus. Les envois en Chronopost vers la Chine, hors zones de quarantaine, sont en revanche toujours possibles. L'Elysée a par ailleurs annoncé l'organisation samedi d'un Conseil de défense et d'un Conseil des ministres "exceptionnels" pour faire le point sur le coronavirus.

Les bourses dévissent

Les marchés financiers mondiaux ont connu vendredi une de leurs pires semaines depuis la crise financière de 2008-2009, où l'économie mondiale avait connu la récession. La Bourse de Paris a fini en très forte baisse de -3,38% vendredi, enregistrant son plus fort repli hebdomadaire depuis 2008, dans un climat de grande nervosité face à l'épidémie de Covid-19 qui se propage. L'indice CAC 40 a perdu 11,94% au cours de la semaine écoulée et a chuté de 11,18% depuis le 1er janvier.

La Bourse de Londres a plongé, de 3,39% à la clôture. L'indice FTSE-100 des principales valeurs avait même dégringolé brièvement de plus de 4% en séance, un plus bas depuis 2016. La Bourse de Francfort a également fini en très forte baisse la même journée, son indice vedette, le Dax, plongeant de 3,86%.

Wall Street a clôturé vendredi sur ses plus lourdes pertes hebdomadaires depuis octobre 2008, au pic de la crise financière mondiale. Comme l'a révélé Europe 1 vendredi, cette dégringolade généralisée inquiète grandement l'Autorité des marchés financiers. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale américaine (Fed) a indiqué être prête à intervenir si nécessaire pour soutenir l'économie par la voix de son président Jerome Powell.

Le gouvernement annonce des mesures pour les entreprises et les salariés

Le gouvernement a annoncé vendredi de nouvelles mesures pour aider les entreprises et les salariés. Pour les entreprises, le coronavirus sera "considéré comme un cas de force majeure", a annoncé le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, à l'issue d'une réunion avec les partenaires sociaux au ministère du Travail.

De son côté, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé la mise en ligne d'un questions/réponses sur les règles à suivre pour les entreprises et les salariés (sur www.travail-emploi.gouv.fr). Il souligne notamment que l'employeur peut mettre en place le télétravail sans l'accord du salarié, contrairement à la pratique habituelle. Elle a notamment confirmé que les parents d'enfants confinés pourront être "mis en arrêt maladie" sans jour de carence.

L'OMS porte le niveau de menace à "très élevé", des mesures drastiques adoptées dans le monde entier

L'OMS a relevé vendredi à son degré maximum (niveau "très élevé") le niveau de la menace liée au nouveau coronavirus. "Aucun pays ne doit penser qu'il n'aura aucun cas chez lui. Ce serait une erreur fatale, littéralement. Le virus ne respecte pas les frontières", a averti le patron de l'OMS.

Partout dans le monde, les mesures drastiques se multiplient pour combattre la propagation du virus. Le Japon a par exemple décidé de fermer ses écoles publiques pendant un mois et l'Arabie saoudite d'arrêter d'accueillir les pèlerins à La Mecque. En Suisse, l'interdiction de tout événement public ou privé réunissant plus de 1.000 personnes a été décrétée au moins jusqu'au 15 mars. Conséquences spectaculaires : le Salon de l'automobile de Genève a été annulé, tout comme le salon horloger de Bâle, ainsi que les matches de foot du week-end et les carnavals.

Si la Chine était jusqu'à peu l'unique foyer mondial de coronavirus, le risque s'est démultiplié avec l'émergence de nouveaux pays-sources comme la Corée du Sud, l'Iran et l'Italie. Vendredi, la Corée du Sud a fait état de 571 contaminations supplémentaires, portant le total à 2.377 (dont 13 morts). Surtout, le premier cas de coronavirus en Afrique subsaharienne a été confirmé vendredi au Nigeria. Deux premiers cas ont également été signalés au Mexique. 

L’Italie reste le pays européen le plus touché par l’épidémie, avec 650 personnes testées positives et 17 morts à déplorer.