L'ESSENTIEL - Coronavirus : revivez l’évolution de la situation jeudi 27 février

, modifié à
  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
Le nouveau coronavirus a poursuivi jeudi sa propagation à travers le monde, et notamment en France. Le nombre de cas confirmés est passé de 18 à 38 dans l'Hexagone, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.  

Le nombre de pays touchés par le coronavirus augmente de jour en jour. En France, le nombre de cas est passé de 18 à 38, a annoncé jeudi soir le ministre de la santé Olivier Véran. Un premier mort français, un enseignant originaire de l'Oise, avait été signalé mercredi. Le Covid-19 touche désormais une quarantaine de pays, sur presque tous les continents. Parallèlement, les fermetures de frontières et les annulations d’événements se multiplient.

Les infos à retenir

  • Le nombre de cas confirmés en France passe de 18 à 38, a annoncé jeudi soir le ministre de la Santé
  •  24 personnes sont actuellement hospitalisées
  •  Hors Chine, ce sont désormais une quarantaine de pays qui sont touchés, sur presque tous les continents

Le nombre de cas confirmés en France passe à 38, deux patients dans un état grave 

Au total, 38 cas sont désormais avérés en France. Le nombre de personnes infectées a connu une "augmentation sensible" jeudi, passant à 38 cas confirmés "à 19 heures" contre 18 la veille, a en effet annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi soir. Plusieurs investigations "toujours en cours" sont "susceptibles de faire évoluer ce bilan", a-t-il ajouté au cours d'un point presse, précisant que parmi les nouveaux cas détectés figurait "un regroupement de 12 cas" lié aux deux malades identifiés mercredi dans l'Oise, dont trois "sur une base militaire" à Creil. Parmi ces 12 cas, deux patients se trouvent dans un état grave. Ils sont hospitalisés à l'hôpital Tenon (Paris) et à Compiègne, a précisé le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Une autre "cluster" (regroupement de cas) est signalé en Haute-Savoie : la fille et l'ami du couple détecté mardi (un homme de 64 ans de retour de Lombardie) et mercredi (son épouse). Deux personnes "relativement âgées" sont également hospitalisées dans un "état grave", l'une à Brest, l'autre à Dijon. Elles faisaient partie d'un groupe de 20 personnes qui s'est rendu en Egypte dans le cadre d'un voyage organisé. 

Au total, sur les 38 cas avérés en France, 12 patients sont guéris et 24 sont hospitalisés. Dans la nuit de mardi à mercredi, un deuxième patient était mort sur le territoire, le premier Français. Le patient était un enseignant originaire d’un petit village de l’Oise, où l’inquiétude grandit. Par ailleurs, le rectorat a annoncé que les cours au sein du collège Jean de la Fontaine où enseignait le patient, reprendront jeudi et non lundi, au retour des vacances d'hiver. 

L'enquête sur l'origine des contaminations se poursuit

Une enquête est toujours en cours pour retracer le parcours du premier Français mort du coronavirus. Cet homme de 60 ans n'avait pas voyagé dans une zone à risque. Un autre patient, âgé de 55 ans et lui aussi originaire de l'Oise, se trouve dans un état grave et n'avait pas non plus séjourné dans l'une des zones touchées par le virus. Cette enquête s'annonce méticuleuse, puisqu'il faut retrouver les personnes avec lesquelles les patients infectés sont entrés en contact et s'assurer qu'elles n'en contamineront pas d'autres à leur tour. Soit interroger, potentiellement, des dizaines de personnes. 

"On a devant nous une épidémie", prévient Macron

Dans la matinée, Emmanuel Macron a effectué une visite à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, où est décédé la veille le premier Français victime du coronavirus. "On a devant nous une épidémie", a prévenu le président de la République. "On va devoir l'affronter au mieux, avec la vie qui continue. On sait que nous ne sommes qu'au début... On va tâcher avec l'ensemble des soignants de prendre les bonnes décisions", a affirmé le chef de l'État, qui a été interpellé par un médecin sur la situation sociale au sein de l'hôpital public. 

Le Premier ministre Édouard Philippe avait réuni à Matignon les chefs de partis représentés au Parlement ainsi que les présidents de groupes parlementaires et des deux assemblées. S'exprimant à l'issue de cette réunion, Édouard Philippe a reconnu qu'il y avait "une grande inquiétude" en France. Mais, a-t-il ajouté, "il n'y a lieu ni d'avoir peur, ni d'être négligent". Appelant à "la mobilisation, le calme et la raison", il a également rappelé que "108 hôpitaux se tiennent prêts à recevoir des malades" et que 200 millions de masques supplémentaires ont été commandés.

Dans le monde, les cas se multiplient

Dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 18 heures, le nombre de cas de nouveau coronavirus s'élevait à 82.560, dont 2.813 décès, dans 50 pays et territoires. La Chine compte 78.497 cas, dont 2.747 décès. 433 nouvelles contaminations y on été enregistrées entre mercredi 18 heures et jeudi 18 heures. Autre foyer, l'Iran a rapporté jeudi sept nouveaux morts, portant le total à 26. Hors de Chine, c'est le plus lourd bilan en termes de décès. Selon le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie a atteint "un point décisif". 

En Europe, Autriche, Suisse, Norvège, Roumaine, Croatie, Macédoine du Nord et Grèce sont désormais touchées. En Espagne, plusieurs nouveaux cas ont été détectés jeudi, et un patient se trouve dans un état "grave". Depuis le début de l'épidémie, 17 cas ont été enregistrés en Espagne, dont 15 seulement depuis lundi soir. 18 nouveaux cas ont également été diagnostiqués en Allemagne, portant à 44 le nombre de personnes infectées. Avec plus de 428 cas et 14 morts, l'Italie apparaît quant à elle de plus en plus comme une plateforme de diffusion du virus. Le Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, une quarantaine de nations.