Coronavirus : en France, 10.500 nouveaux cas en 24 heures et 31.285 décès au total

, modifié à
  • A
  • A
covid coronavirus masque bordeaux
"Le classement de l'Indre-et-Loire en zone de circulation active du virus dite 'rouge' implique de nouvelles mesures de protection sanitaire", a expliqué la préfecture du département, samedi © RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
La France a enregistré plus de 10.500 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, soit moins que la veille, mais le taux de positivité a augmenté pour le deuxième jour d'affilée, selon les données publiées dimanche par Santé publique France. De nouvelles mesures restrictives ont été prises en Indre-et-Loire après l'entrée en vigueur de celles de Nice. Face à l'augmentation des contaminations, plusieurs pays durcissent leurs mesures. Outre-Atlantique, Trump promet que tous les Américains auront accès à un vaccin dès avril.
EN DIRECT

La situation sanitaire reste tendue en France où 31.285 personnes sont mortes après avoir contracté le Covid-19. Près de 10.500 contaminations supplémentaires ont été enregistrées en 24 heures, selon le bilan publié dimanche par Santé publique France. Les chiffres du dimanche sont en général en repli par rapport aux jours précédents, en raison de la fermeture des laboratoires de tests. Face à ce rebond de la pandémie, une série de mesures contraignantes ont été annoncées vendredi pour la ville de Nice mais aussi en Indre-et-Loire où "les soirées dansantes et les soirées organisées par les communautés étudiantes", entre autres, seront interdites à compter de lundi.

Dans le monde, le coronavirus poursuit sa propagation, notamment en Europe. L'Espagne a ainsi décidé de reconfiner sa population localement dans la région de Madrid et le gouvernement britannique n'exclut pas de recourir à un nouveau confinement général. Le reconfinement général est par ailleurs entré en vigueur vendredi en Israël, confronté à une deuxième vague. Au total, selon un dernier bilan établi dimanche par l'AFP, le Covid-19 a fait près de 958.000 morts sur près de 31 millions de cas.

Les infos à retenir :

  • En France, le dernier bilan fait état de 12 morts et près de 10.500 contaminations en 24 heures
  • 20% des lits en réanimation sont occupés par des malades du coronavirus en Île-de-France, selon l'ARS
  • De nouvelles mesures restrictives en Indre-et-Loire 
  • Au total, dans le monde, près de 958.000 morts sur près de 31 millions de cas

En France, hausse des contaminations et du taux de positivité

Après une nette dégradation révélée par le bilan de vendredi qui faisait état de 123 décès supplémentaires, le bilan publié samedi révélait 26 morts supplémentaires dus au coronavirus. Le bilan des décès est encore en recul ce dimanche avec 12 nouvelles victimes mais les contaminations sont toujours importantes avec plus de 10.500 nouveaux cas. Au total, on dénombre 31.285 morts depuis le début de la pandémie.

Le taux de positivité (proportion du nombre de personnes positives par rapport au nombre total de personnes testées) a progressé à 5,7% (contre 5,6% samedi). En outre, 3.894 malades du Covid ont été hospitalisés sur les sept derniers jours - soit 41 de plus par rapport aux chiffres annoncés samedi-, dont 593 en réanimation (soit le même nombre que samedi), a indiqué le service public de santé.

En réanimation, le professeur Djillali Annane, chef du service de médecine intensive et réanimation de l'hôpital Poincaré de Garches, a même évoqué "une situation délicate jusqu'à mars, voire mai 2021" et a affirmé qu'il va être "compliqué de gérer à nouveau une telle situation". "On note une accélération des cas graves, presque la totalité des patients qui sont admis pour Covid sont intubés et sous coma artificiel", a-t-il poursuivi au micro d'Europe 1.

Une tribune en faveur d'une vaccination "massive" contre la grippe

75 députés de la majorité ont lancé un appel à se faire vacciner "massivement" contre la grippe. Une tribune de Julien Borowcyz (LREM), co-signée par 74 autres députés de la majorité et publiée dans le JDD, parle d'un "acte citoyen" afin de ne pas voir cette maladie s'ajouter à la pandémie de Covid-19 dans une "cohabitation épidémique". L'auteur de la tribune souligne qu'à "l'approche de l'hiver, le risque est grand de voir s'entrechoquer le Covid-19 avec la grippe, elle-même responsable de 10.000 morts environ chaque année".

"Cette cohabitation épidémique pourrait s'avérer délétère en entraînant des retards de diagnostics, en provoquant des complications chez les plus fragiles d'entre nous et en engendrant un afflux massif de malades dans les hôpitaux", ajoutent les signataires, qui assurent qu'ils se feront tous vacciner contre la grippe. "Se vacciner contre la grippe deviendra dès cet automne un enjeu de santé publique et surtout un acte citoyen", poursuivent ces députés.

Des résultats bientôt accélérés en Île-de-France ? 

Invité de la matinale d'Europe 1, samedi, le directeur de l'ARS Île-de-France, Aurélien Rousseau, a assuré que la région sera capable de fournir les résultats des tests de dépistage au Covid-19 aux personnes "prioritaires" en 24 heures, grâce aux 20 nouveaux centres ouverts à partir de lundi matin.

Il a par ailleurs indiqué que le nombre de malades du Covid-19 progressait tous les jours en Île-de-France. Actuellement, plus de 2.300 patients sont soignés à l'hôpital dont 263 en réanimation, soit 20% des lits de réanimation. "Il faut réagir vite, parce qu'on ne pourra pas vider les réanimations comme on l'a fait la dernière fois. On ne pourra plus reporter d'opérations", a conclu Aurélien Rousseau.

Soirées étudiantes, buvettes et vins d'honneur interdits en Indre-et-Loire

"Le classement de l'Indre-et-Loire en zone de circulation active du virus dite 'rouge' implique de nouvelles mesures de protection sanitaire", a expliqué la préfecture du département, samedi. À partir de lundi seront ainsi interdits "les soirées dansantes et les soirées organisées par les communautés étudiantes", "les buvettes, apéritifs, vins d'honneur, cocktails, goûter et 'pots' avec consommation statique en position debout", "les buvettes dans les espaces clos sans accueil assis" ainsi que "les consommations partagées (planches, snacking, etc.)".

Jusqu'à 10.000 livres d'amende au Royaume-Uni 

Au Royaume-Uni, les Britanniques qui ne respecteront pas un auto-confinement en cas de contamination au coronavirus se verront infliger une amende pouvant aller jusque 10.000 livres sterling (11.000 euros), a annoncé samedi le gouvernement lors de la présentation des nouvelles règles visant à réduire le nombre de cas positifs.

Le premier ministre Boris Johnson, qui avait déclaré cette semaine que le Royaume-Uni faisait face à la seconde vague de Covid-19, a présenté de nouvelles restrictions appliquées aux habitants des régions du nord, nord-ouest et centre de l'Angleterre, principalement touchées. Le Royaume-Uni demande aux personnes testées positives de s'isoler 10 jours, alors que ceux qui vivent avec une personne testée positive ou présentant les symptômes doivent s'auto-confiner 14 jours.

Près de 958.000 morts dans le monde, augmentation des contaminations

La pandémie a nettement accéléré cette semaine, avec 291.000 nouveaux cas enregistrés par jour dans le monde. Comme les dernières semaines, c'est en Europe que le rythme des contaminations accélère le plus (+16% par rapport à la semaine précédente). Le nombre de nouveaux cas quotidiens y a triplé depuis début juillet (47.300 cette semaine, contre environ 15.000).

Près de 31 millions de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l'AFP dimanche. Au total, au moins 30.849.800 cas, dont 957.948 décès, ont été déclarés. Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé avec au moins 199.268 morts. Viennent ensuite le Brésil (136.532 morts), l'Inde (86.752), le Mexique (73.258) et le Royaume-Uni (41.759).

L'Inde est le pays qui a enregistré le plus de décès au cours de la semaine écoulée (plus de 1.000 par jour), devant les États-Unis, le Brésil, le Mexique, l'Argentine, la Colombie et l'Iran.