Égalité femmes-hommes : six ministères sanctionnés pour non-respect des quotas

  • A
  • A
Bercy Ministère Economie 1:32
Le ministère de l'Économie, à Bercy, est le plus mauvais élève du gouvernement. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Un rapport de la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) pointe une sous-représentation des femmes dans les nominations pour des postes à haute responsabilité dans l'administration. Une élue CFDT fait part de sa colère sur Europe 1.

L'égalité femmes-hommes est officiellement la grande cause du quinquennat d'Emmanuel Macron. Pourtant, en matière d'égalité, les services de l'État ne donnent pas vraiment l'exemple : six ministères viennent d'être mis à l'amende pour non-respect des quotas, après un rapport de la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). Ces ministères n'ont pas respecté l'obligation de faire en sorte qu'en 2017, 40% au moins des hauts fonctionnaires nommés à des postes à haute responsabilité dans l'administration soient des femmes. 

Intérieur, Agriculture, Armées…

On en est encore loin dans certains grands ministères comme l'Intérieur, l'Agriculture, les Affaires étrangères, les Armées et surtout Bercy où, en 2018, 27% seulement des hauts fonctionnaires nommés pour la première fois dans les hautes sphères étaient des femmes.

" Le manque d'étonnement n'empêche pas la colère "

"Je ne suis malheureusement pas étonnée pour un ministère qui est connu pour être plus masculin que d'autres", confie Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques, à propos du ministère de l'Économie. "Mais le manque d'étonnement n'empêche pas la colère. Cette colère est liée à l'écart qu'on constate entre les discours sur l'égalité professionnelle et la réalité qui est donnée à cette priorité de faire accéder les femmes à des emplois dirigeants dans l'administration française", qu'il s'agisse de l'administration de l'État ou des collectivités.

900.000 euros d'amende pour Bercy

Pour non-respect de ces quotas, les six ministères épinglés ont été condamnés à un peu plus de 4 millions d'euros de pénalités financières. Le ministère des Finances étant le plus mauvais élève, c'est lui qui a écopé de la plus grosse amende, d'un montant de... 900.000 euros tout de même.