Deux syndicats de police tirent la sonnette d'alarme après deux nouveaux suicides

  • A
  • A
Deux syndicats de police alertent sur le grand nombre de policiers qui se suicident.
Deux syndicats de police alertent sur le grand nombre de policiers qui se suicident. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Après les suicides probables de deux policiers le week-end dernier, deux syndicats alertent sur l'épuisement des forces de l'ordre et expriment leur colère face à ce fléau.

Les syndicats Alternative Police-CFDT et le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI) ont font part de leurs inquiétudes dimanche après les suicides de deux policiers le week-end-dernier, portant à 25 le nombre d'agents qui se sont donné la mort depuis le début de l'année.

Une policière de 37 ans officiant à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, a été retrouvée morte dans sa voiture, dimanche au petit matin, avec une lettre expliquant son geste tandis que le corps d'un autre policier de 49 ans, disparu depuis une semaine, a été découvert dans le Gard le même jour. Dans les deux cas, il y a bien une "suspicion de suicide", selon le service d’information et de communication de la police (SICoP) contacté par Reuters. Le SCSI s'est dit "Triste, inquiet car la fatigue accumulée va continuer d’agir sur ceux d’entre nous les plus fragilisés".

Déjà 25 suicides de policiers en à peine plus de trois mois 

Ces deux nouveaux décès s'ajoutent aux 23 déjà enregistrés depuis le début de l'année qui dresse un bilan particulièrement élevé pour ces trois premiers mois de 2019. L'association "Mobilisation des policiers en colère" (MPC), qui évoque le même bilan, rappelle qu'il s'agit de l'effectif d'au moins deux brigades de province. 

Les données de la police nationale que s'est procuré Le Figaro montrent que la moyenne d'âge des policiers qui se suicident se situe entre 40 et 45 ans et que la majorité d'entre eux agissent avec leur arme de service (58%) à leur domicile (62%). En 2014, année noire, 55 suicides avaient été répertoriés. Les deux années suivantes, ces chiffres avaient baissé avant de repartir à la hausse en 2018, rappelle Le Figaro. Gérard Collomb, alors ministre de l'Intérieur, avait lancé un plan de mobilisation pour une meilleure prévention en mai 2018. Mais les "actes concrets restent bien timides pour endiguer le fléau des suicides", déplore Alternative Police-CFDT dans un communiqué.