"Il n'y a eu aucun contrôle" : Europe 1 a passé la frontière entre la Moselle et l'Allemagne

, modifié à
  • A
  • A
Les contrôles sont rares entre la Moselle et l'Allemagne, mardi matin. 1:30
Les contrôles sont rares entre la Moselle et l'Allemagne, mardi matin. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Depuis mardi matin, il est impossible pour les Mosellans de passer la frontière allemande sans présenter un test PCR ou antigénique négatif datant de moins de 48 heures. La décision a été prise par l'Allemagne, il y a quelques jours. Notre reporter s'est glissé dans la peau d'un travailleur frontalier le temps d'une matinée pour expérimenter ces contrôles aux frontières. 

Pour passer en Allemagne depuis la Moselle, pas le choix, il faut se faire dépister. Depuis mardi matin, suite à une décision de l'Allemagne prise en fin de semaine face  à la situation sanitaire en France, les Mosellans qui veulent traverser la frontière doivent présenter un test Covid-19 PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures. Et cela vaut également pour les 16.000 travailleurs frontaliers. Mais, pour l'instant, les contrôles semblent limités. Notre correspondante dans l'Est Mélina Facchin s'est glissée dans la peau d'un de ces travailleurs frontaliers. Et elle n'a eu aucun mal à franchir la frontière. 

"Je ne me suis pas faite contrôler. Je suis partie de Sarreguemines, en Moselle, vers 6 heures du matin en direction de Sarrebruck, en Allemagne. Là bas, il y a une grande usine ZF qui emploie près de 9.000 personnes, dont un quart de travailleurs frontaliers.

Serge, technicien, est arrivé en même temps que moi sur le parking. Lui non plus ne s'est pas fait contrôler : 'Je viens de Forbach. Je suis passé par l'autoroute, il n'y a eu aucun contrôle. Au cas où, j'avais fait un test antigénique hier (lundi) et j'en refais un demain histoire d'être dans les clous pour ne pas être embêté.'

Des contrôles aléatoires 

Je précise que moi aussi, j'ai bien fait mon test antigénique lundi. Même si ça a été très compliqué parce qu'il y avait beaucoup de monde qui voulaient se faire dépister. Ensuite, après avoir rencontré Serge, je suis retournée en France pour revenir en Allemagne par une autre route vers 7 heures du matin. En fait, je cherchais presque à me faire contrôler ! Résultat : toujours aucun policier.

Alors attention, cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de contrôles. La police allemande a prévenu qu'elle ne se posterait pas systématiquement aux frontières, mais qu'elle contrôlerait de manière aléatoire dans toute la zone frontalière."

 

Europe 1
Par Mélina Facchin édité par Manon Bernard