covid 4:42
  • Copié
Laura Laplaud , modifié à
La dose de rappel élargie à tous les adultes de plus de 18 ans, le port du masque de nouveau obligatoire partout en intérieur, plus de fermeture de classe dès le premier cas de coronavirus en primaire, les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran jeudi n’ont pas surpris les invités de "Punchline" sur Europe 1 et CNews. Les mesures sanitaires sont-elles suffisantes ? Les invités de Laurence Ferrari en ont débattu.

Comment juguler la cinquième vague de Covid-19 ? Lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé Olivier Véran et le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer ont annoncé jeudi de nouvelles mesures notamment sur la vaccination, le pass sanitaire et le port du masque. Mais rien sur les tests PCR et antigéniques, payants pour les personnes non vaccinées depuis le 15 octobre. "Il y a un sujet sur lequel j’attendais qu’il soit en capacité de desserrer le verrou, c’est les tests gratuits", lance Karim Zeribi, consultant CNews sur le plateau de Punchline.

Pas de tests gratuits

Pourtant, réinstaurer la gratuité des tests de dépistage était l’une des mesures attendues par une partie de la population. Jean-Luc Mélenchon l’avait lui aussi suggéré chez nos confrères de TF1 : "Pour la qualité de nos fêtes de fin d’année, il faut rétablir le test gratuit".

Mais cette solution pour contenir la cinquième vague de coronavirus semble difficile à envisager pour François Pupponi, député apparenté Modem du Val-d'Oise "Il y a juste un problème budgétaire", affirme-t-il. "Si on doit de nouveau rendre les tests gratuits, il faut le prévoir budgétairement et je pense qu’on va être obligé à un moment."

 

Cette fois-ci pas de confinement ni de couvre-feu. "Nous pouvons passer cette vague sans recourir aux outils les plus contraignants", a précisé Olivier Véran. Une situation qui pourrait évoluer mais pour le moment le gouvernement a décidé de miser sur la vaccination et les gestes barrières. "On ne peut pas avoir en permanence un discours péremptoire et définitif", déplore l’écrivain Joseph Macé-Scaron sur Europe 1 et CNews.

 

La dose de rappel est élargie à l’ensemble des plus de 18 ans et pourra être réalisée cinq mois après la dernière injection, au lieu de six. Une troisième dose à effectuer dans les plus brefs délais puisqu’à compter du 15 janvier, le pass sanitaire ne sera plus actif pour les personnes qui n’ont pas réalisé ce rappel.

Le port du masque redevient lui obligatoire dans tous les lieux couverts à partir de vendredi, y compris ceux soumis au pass sanitaire.