Coronavirus : plusieurs enfants de retour d'Italie privés d'école pendant 14 jours

, modifié à
  • A
  • A
Ne pas envoyer les enfants à l'école est une mesure de précaution, insiste le ministère de la Santé. 1:42
Ne pas envoyer les enfants à l'école est une mesure de précaution, insiste le ministère de la Santé. © AFP
Partagez sur :
Lundi soir, le ministère de la Santé a demandé aux enfants qui ont séjourné récemment dans le nord de l'Italie de ne pas reprendre le chemin de l'école. Une mesure de précaution qui concerne notamment une poignée d'écoliers parisiens, et qui inquiète certains parents.  

Pas d'école pendant 14 jours. Alors que l'épidémie de coronavirus s'est répandue comme une traînée de poudre en Italie en quelques jours, infectant plus de 280 personnes et faisant sept morts selon le dernier bilan disponible, les enfants de retour du nord de la "botte" sont priés de ne pas reprendre le chemin de l'école pendant le temps d'incubation du Covid-19. Une mesure de précaution qui s'applique notamment dans une école primaire du 9ème arrondissement de Paris, où deux élèves sont concernées. 

Une mesure de précaution

Les deux jeunes filles, scolarisées en CM2, revenaient de vacances dans le nord de l'Italie avec leurs parents. Après avoir repris les cours normalement lundi, la consigne du ministère de la Santé a changé la donne. La direction de l'école a donc affiché ce nouveau mot d'ordre devant l'entrée de l'établissement et l'a même envoyé par mail à tous les autres parents d'élèves. "Si vous et votre enfant avez séjourné en Chine, en Corée du Sud, en Italie dans les régions de Lombardie ou de Vénétie, pendant 14 jours après le retour, votre enfant ne peut pas être accueilli à l'école", lit au micro d'Europe 1 Léandro, qui a un fils scolarisé en CP dans la même école.

"Ça me même fait peur"

 "Ça ne me rassure pas, ça me fait même peur, mais je ne sais pas s'il y a un problème", ajoute-t-il. Une inquiétude compréhensible, mais le ministère de la Santé insiste sur le fait qu'il s'agit à ce stade d'une mesure de précaution qui a été également appliquée pour deux autres écoliers parisiens du 8ème et 10ème arrondissement de la capitale. Par ailleurs, huit lycéens de l'établissement Paul-Lapie de Courbevoie (Hauts-de-Seine) sont également concernés après avoir séjourné en Vénétie, tandis que cinq élèves et trois enseignants d'un conservatoire de musique de Villeneuve-sur-Lot, rentrés lundi de Lombardie, ont été invités à rester chez eux pendant 14 jours. 

Quant à savoir pourquoi l'isolement prôné par le gouvernement concerne les enfants, et pas les leurs parents, le ministère estime qu'il serait trop compliqué de leur faire respecter les consignes sanitaires (porter un masque et éviter au maximum les contacts avec d'autres personnes). Le choix de la prudence est donc de ne pas les faire venir à l'école. 

Europe 1
Par Théo Maneval, édité par Ugo Pascolo