Confinement : les commerçants veulent pouvoir "rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre"

  • A
  • A
Une vingtaine de fédérations professionnelles demandent une réouverture des magasins le 13 novembre.
Une vingtaine de fédérations professionnelles demandent une réouverture des magasins le 13 novembre. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Alors que la fermeture de certains commerces a été décidée par l’exécutif pendant toute la durée du confinement, les représentants d'une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants ont demandé lundi à pouvoir rouvrir tous les commerces d’ici le 13 novembre.

Les commerçants continuent de clamer leur mécontentement suite aux mesures prises par le gouvernement pendant le confinement, comme la fermeture des commerces considérés comme non essentiels.

Ils demandent de "véritables mesures de soutien"

"Nous demandons solennellement au gouvernement de rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre et de mettre en œuvre de véritables mesures de soutien", ont demandé lundi dans un communiqué commun les représentants d'une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants, ainsi que les organisations patronales Medef et CPME.

"Le succès de la lutte contre la Covid-19 repose tout autant sur l'efficacité des mesures sanitaires que sur son acceptabilité collective", plaident-ils. "Les décisions prises ne peuvent être acceptées que lorsqu'elles sont comprises et ressenties comme justes par tous".

"Il est beaucoup trop tôt", selon Jean Castex

Malgré la fronde des petits commerçants, Jean Castex n’a pas changé d’avis. Le Premier ministre a déclaré dimanche soir que seuls les produits considérés comme essentiels pourraient être vendus. Si la mesure devait entrée en vigueur dès mardi, le ministère de l’Economie a finalement accordé un délai de tolérance de 24 heures à la grande distribution, qui a donc jusqu’à mercredi pour rentrer dans le rang.

"Il est beaucoup trop tôt" pour autoriser la réouverture des commerces a insisté Jean Castex dimanche soir. Il a également précisé qu'un point serait fait "dans 15 jours et puis, surtout, à l'échéance du 1er décembre fixée comme la fin de ce confinement".