Comment un projet d'attentat peut-il être préparé depuis une prison ?

  • A
  • A
Les quartiers d'évaluation de la radicalisation ne sont mis en place que pour peu de détenus, dans quelques établissements (photo d'illustration).
Les quartiers d'évaluation de la radicalisation ne sont mis en place que pour peu de détenus, dans quelques établissements (photo d'illustration). © GEORGES GOBET / AFP
Partagez sur :
La mise en examen de deux islamistes soupçonnés de fomenter une attaque depuis la maison d'arrêt de Fresnes illustre l'efficacité des services de renseignement mais aussi, en creux, l'échec des politiques de déradicalisation en prison.

L'étroit suivi dont ils faisaient l'objet depuis quelques mois a peut-être permis d'éviter un attentat. Deux détenus sur le point d'être libérés, un Camerounais de 28 ans et un Français de 22 ans, soupçonnés de préparer une attaque depuis leur cellule de Fresnes, dans le Val-de-Marne ont été mis en examen vendredi pour "association de malfaiteurs terroristes criminelle". "Les deux hommes ont eu des échanges en détention au cours desquels ils évoquaient un projet de passage à l'acte, qu'ils auraient eu à l'extérieur de la prison, mais sans que ce projet n'ait été encore précisément défini sur le choix de la cible", a indiqué une source proche de l'enquête. "Différentes cibles" étaient envisagées, dont des surveillants pénitentiaires, des policiers, une prise d'otage ou encore un mitraillage.

D'autres projets déjà déjoués. "Le cas n'est pas inédit", souligne la sociologue Ouisa Kies, auteure de plusieurs études sur la radicalisation en détention, interrogée par Europe1.fr. "Il y a quelques années, on a identifié des personnes qui préparaient des attentats depuis des prisons, d'abord à la Santé avant qu'elle ne ferme, puis à Béziers, en 2016." Un homme déjà condamné pour apologie du terrorisme avait alors été repéré alors qu'il envisageait une attaque contre un camp naturiste. "On ne peut que saluer le travail de la DGSI et du renseignement pénitentiaire, puisque l'on parle systématiquement d'attaques déjouées", note la chercheuse. "C'est certainement grâce au suivi des profils les plus radicalisés. Et ce dernier est opérant : on se souvient que Mehdi Nemmouche, l'auteur de la tuerie du musée juif de Bruxelles, avait fait l'objet d'un signalement auprès du renseignement pénitentiaire lors de son passage à la maison d'arrêt de Toulon." À sa libération, en décembre 2012, il avait été fiché S, "sécurité de l'Etat". 

" On sait que des barons de la drogue continuent de gérer leur trafic depuis leur cellule "

"De manière générale, il n'y a rien de surprenant à ce que les personnes incarcérées poursuivent leurs activités", continue Ouisa Kies. "On sait que des barons de la drogue continuent de gérer leur trafic depuis leur cellule : on peut tout faire ou presque depuis la prison. Mais ce qui est parlant dans ce cas précis, c'est que les deux hommes sont des détenus de droit commun, avec un parcours de violence mais sans lien avec le terrorisme avant la maison d'arrêt." Un constat qui pose, en creux, la question de la radicalisation au sein de ces établissements.

"Ils sont très discrets". Selon l'administration pénitentiaire, environ 2.000 détenus sont actuellement radicalisés en France. Le chiffre est très approximatif aux yeux d'Emmanuel Baudin, secrétaire général du Syndicat national pénitentiaire Force ouvrière (SNPFO), invité d'Europe 1, mardi. "Si dans le temps, les détenus radicalisés étaient faciles à repérer du fait de leur barbe (...), aujourd'hui, on est sur un autre profil. Ils sont très discrets", souligne-t-il. "À travers le prisme du terrorisme, les politiques prennent peu à peu conscience de la réalité des maisons d'arrêt : presque tous ceux qui sont passés à l'acte avaient un parcours de délinquant", abonde Ouisa Kies. "Il faut comprendre qu'au-delà du repérage, on doit s'occuper de ces gens si on veut qu'ils puissent retourner dans la société."

" Les détenus n'ont pas d'activité et s'entassent à 3 ou 4 par cellule, sans perspective de réhabilitation "

Et la chercheuse de dénoncer les conditions de détention en maison d'arrêt, "qui favorisent la création de petits groupes avec ce genre de projets". "On met des gens en prison pour deux, trois mois ferme, en leur faisant perdre leur emploi et leurs repères. Les détenus n'ont pas d'activité et le taux de suroccupation est tel qu'ils s'entassent à 3 ou 4 par cellule, sans perspective de réhabilitation." Les cibles choisies par les "leaders charismatiques" de ces projets, souvent des policiers ou des gardiens, "attirent" en outre les autres détenus, parfois animés par une rancoeur envers les forces de l'ordre ou l'administration pénitentiaire.

Une symbolique "tout à fait importante". "Ce qu'elle (l'affaire de Fresnes) symbolise est tout à fait important", a reconnu la ministre de la Justice Nicole Belloubet mardi matin sur Europe 1. "Nous faisons un effort tout à fait considérable sur le renseignement pénitentiaire, avec des créations d'emploi. C'est grâce à ces techniques de renseignement que l'on a pu s'apercevoir de ce qui était préparé", a-t-elle soutenu, sans un mot pour les dispositifs de déradicalisation qui peinent toujours à porter leurs fruits.

" La répression n'est jamais suffisante face à des détenus à la Merah "

À l'automne 2016, le gouvernement de Manuel Valls abandonnait les unités dédiées aux personnes radicalisées, qui regroupaient les détenus surveillés par l'administration pour leur velléités terroristes, peu après l'agression de deux gardiens dans l'une de ces structures à Osny, dans le Val-d'Oise. À la place étaient créés des quartiers d'évaluation de la radicalisation (QER), censés permettre d'orienter les détenus vers différents établissements pénitentiaires adaptés en fonction de sa dangerosité. Mais selon les informations recueillies par Europe 1 fin juin dernier, seuls quatre avaient été officiellement ouverts et aucun n'était plein.

"La répression n'est de toute façon jamais suffisante face à des détenus violents et susceptibles de basculer dans une idéologie qu'ils ne maîtrisent pas, un peu à la Merah", juge Ouisa Kies. Le "tueur au scooter", dont le frère est actuellement jugé pour complicité à Paris, s'était radicalisé en prison après des faits de petite délinquance. "Aujourd'hui, il y a peu de QER, la période d'évaluation est courte et puisque l'individu se sait surveillé, il peut tout à fait se conditionner", poursuit la chercheuse. "Sans compter qu'on y oriente seulement les détenus déjà radicalisés à leur arrivée en prison, ça ne répond donc pas au coeur de la problématique." À Fresnes, "ce quartier se situe au milieu d'autres", ajoute Emmanuel Baudin. "Ceux qui s'y trouvent ont des contacts avec les autres détenus par les fenêtres…"

 

Un meneur en lien avec la zone irako-syrienne 

Les deux hommes mis en examen par un juge antiterroriste vendredi "voulaient monter un groupe de combattants avec la volonté de monter en puissance par le biais de diverses actions, à l'éxtérieur de la prison, ciblant entre autres des policiers et des surveillants de prison", a indiqué une source proche de l'enquête. Le Camerounais, décrit comme un meneur, était suivi depuis fin 2016 par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les investigations ont montré qu'il avait été en contact avec une personne présente dans la zone irako-syrienne contrôlée par l'organisation Etat islamique (EI). 

Lors de sa garde à vue, le "meneur", qui devait sortir de prison ce mardi, a confirmé aux enquêteurs qu'il était sympathisant de l'EI voulait commettre un attentat, sans donner plus de précision. Le Français devait quant à lui sortir la semaine prochaine. Selon les premiers éléments de l'enquête, un Réunionnais de 44 ans en lien avec les deux hommes "projetait de se rendre en métropole pour apporter un soutien logistique" aux détenus, compagnons de cellule.