CAN : Ils dégradent une statue de De Gaulle en fêtant la victoire de l'Algérie, le maire porte plainte

  • A
  • A
Une statue du général de Gaulle a subi des dégradations à Evreux en marge des célébrations de la victoire de l'Algérie à la CAN. (Photo d'illustration)
Une statue du général de Gaulle a subi des dégradations à Evreux en marge des célébrations de la victoire de l'Algérie à la CAN. (Photo d'illustration) © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Suite à la dégradation d'une statue du général de Gaulle lors de la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), le maire (LR) d'Evreux, Guy Lefrand, a annoncé qu'il allait porter plainte.  

Le maire (LR) d'Evreux, Guy Lefrand, va porter plainte après la dégradation d'une statue du général de Gaulle en marge des célébrations de la victoire de l'Algérie en finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), a-t-il indiqué dimanche à l'AFP. 

"Ces voyous ne connaissent pas le général de Gaulle"

"A la suite de la finale, certains jeunes sont descendus en ville et ont commencé à faire des rodéos puis à s'en prendre aux équipements publics. Ils ont fini par s'attaquer à la statue : elle a été cassée au dessus des pieds, au dessus du scellement. Lorsque tout ça s'est passé, les policiers municipaux sont intervenus pour la mettre à l'abri", a décrit Guy Lefrand. Cette statue, à taille réelle, avait été inaugurée le 18 juin dernier. "Bien évidemment, nous allons la remettre en place. Je porterai plainte (lundi) parce qu'il faut marquer le coup", a poursuivi le maire. "Ces voyous ne connaissent rien, ils ne connaissent pas le général de Gaulle. Ils se revendiquent du drapeau algérien sans savoir que c'est le général qui a accordé l'indépendance à l'Algérie", a-t-il regretté.

L'incident a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux. "A travers cet acte odieux, c'est le symbole même de notre Nation libre qui est visé", a dénoncé sur Twitter Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France. "Faudra-t-il qu'on déboulonne Marianne pour que la République se réveille?", s'est interrogé le député et candidat à la présidence des Républicains Julien Aubert.