Cagnes-sur-Mer : un couple harcelé par la clinique pour régler les frais d'autopsie de leur enfant mort-né

, modifié à
  • A
  • A
Clinique Saint Jean, Cagnes-sur-Mer, Capture d'écran Google Maps 1280 1:33
© Capture d'écran Google Maps
Partagez sur :
En décembre 2017, une femme a accouché d'un enfant mort-né à la clinique de Cagnes-sur-Mer. Juste après, la clinique a commencé à harceler le couple pour régler les frais d'autopsie.

C'est la double peine pour Ornella et Grégory, un couple originaire de Magagnosc, près de Grasse. Alors qu'Ornella doit mettre au monde son deuxième enfant en décembre 2017 à la clinique de Cagnes-sur-Mer, les médecins constatent que le cœur du bébé ne bat plus. La clinique propose alors au couple une autopsie de l'enfant mort-né et lui fait signer des documents. 

La clinique réclame plus de 700 euros. Six mois plus tard, une première relance arrive, puis une deuxième. Le couple, à qui l'on réclame plus de 700 euros alors qu'il n'a même pas reçu de facture initiale, ne comprend pas. Le CHU reconnait finalement que 330 euros de prestations funéraires ont été facturés indûment, mais les frais d'autopsie, qui s'élèvent à près de 400 euros, sont toujours à charge.

Cet acte est pourtant pris en charge par l'assurance maladie. Malgré tout, la clinique Saint-Jean poursuit les relances et va même jusqu'à mandater une société de recouvrement, qui menace le couple endeuillé de poursuites judiciaires, avant de rétropédaler.

Le couple ne porte pas plainte. La clinique assure qu'il s'agit d'un problème d'automatisation de la facturation et la direction de l'établissement promet que cela n'arrivera plus. Ornella et Grégory sont, eux, consternés. Ils ont décidé de ne pas porter plainte mais souhaitent que leur situation serve d'exemple et ne se reproduise pas. 

Europe 1
Par Frédéric Michel, édité par Grégoire Duhourcau