Incendie d'un parking à Bordeaux : un acte délibéré, quatre interpellés

, modifié à
  • A
  • A
Pour mener ses investigations, la PJ de Bordeaux s'est notamment appuyée sur les images de vidéosurveillance du parking.
Pour mener ses investigations, la PJ de Bordeaux s'est notamment appuyée sur les images de vidéosurveillance du parking. © Direction générale de la police nationale
Partagez sur :
Le 18 mai dernier, un incendie ravageait le parking Salinières à Bordeaux. Quatre personnes décrites comme "marginales", deux hommes et deux femmes, ont été interpellées en début de semaine.

Quatre "marginaux", soupçonnés d'avoir délibérément mis le feu dans un parking souterrain de Bordeaux, provoquant la destruction de centaines de véhicules et depuis la mi-mai de lourdes perturbations dans les transports publics, ont été interpellés, a annoncé mercredi le parquet de Bordeaux.

"Ce n'est pas un accident"

Les deux hommes et deux femmes, l'une âgée de moins de 16 ans et les autres de 21 à 25 ans, sont des "marginaux, des individus à la dérive" sans domicile fixe ou profession, qui ont reconnu les faits, a indiqué lors d'une conférence de presse la procureure de Bordeaux Marie-Madeleine Alliot. Selon cette dernière, le 18 mai, la petite bande avait décidé d'aller fumer un joint dans le parking souterrain Salinières, près du centre historique, où ils avaient leurs habitudes. Ils se sont installés dans une voiture ouverte puis ont mis le feu à des papiers avec un briquet. "Ce n'est pas un accident, ils ont mis le feu et se sont tous enfuis sans prévenir les secours", a précisé Patrick Léonard, directeur adjoint de la police judiciaire.

Le groupe venait de participer à une manifestation des "gilets jaunes" mais leur acte est sans rapport avec une quelconque revendication, selon les enquêteurs qui ont pu remonter leur trace en s'aidant des images de vidéo-surveillance du parking. Les quatre personnes devaient être présentées devant un juge, a précisé le parquet qui demande que trois soient écrouées et la mineure placée.

Des dégâts "considérables"

L'incendie a provoqué des "dégâts considérables", a ajouté la procureure, avec 334 véhicules dégradés ou détruits dans ce parking sur les quais de la Garonne. La structure s'était partiellement effondrée et la ligne C du tramway bordelais, qui passe au-dessus du parking, avait dû être fermée en partie. Elle n'a toujours pas rouvert, causant des perturbations importantes pour les usagers, notamment les touristes, nombreux en cette saison, qui veulent effectuer le trajet entre la gare Saint-Jean et le centre-ville et doivent désormais emprunter des bus relais. L'incendie, avait duré une vingtaine d'heures et trois pompiers avait dû être hospitalisés après avoir été intoxiqués.