Au Jules Verne, Frédéric Anton "veut représenter une cuisine simple"

  • A
  • A
Le "Jules Verne" est situé au deuxième étage de la Tour Eiffel.
Le "Jules Verne" est situé au deuxième étage de la Tour Eiffel. © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Le chef étoilé, qui récupère à compter de lundi la gestion du restaurant de la Tour Eiffel, s'est confié au micro de Nikos Aliagas sur la philosophie qu'il compte mettre en place pour lui "donner une nouvelle fraîcheur". 

Le Jules Verne change officiellement de toque. Après dix ans passés aux fourneaux du restaurant situé au deuxième étage de la Tour Eiffel, Alain Ducasse a été contraint de céder sa place à Frédéric Anton, associé à Thierry Marx. Alors que le nouveau chef du restaurant récupère les clés ce lundi, il s'est confié au micro de Nikos Aliagas lundi matin

"C'était une belle compétition" avec Alain Ducasse. Frédéric Anton l'assure : la bataille culinaire et judiciaire qui lui a permis avec Thierry Marx de reprendre la concession des restaurants de la Tour Eiffel à la barbe d'Alain Ducasse est terminée. "Je suis très serein, c'est très tranquille. C'était une belle compétition, je suis heureux de l'avoir remporté et maintenant, je suis prêt à travailler", explique-t-il sur Europe 1.

Après "beaucoup de travaux", le resto rouvrira "début mai 2019". "Très honoré d'avoir les clés du 'Jules Verne'", le chef étoilé a détaillé au micro de Nikos Aliagas son plan pour "donner une nouvelle fraîcheur" au restaurant. "Nous allons seulement rouvrir début mai 2019, car il y a beaucoup de travaux. On va repenser, revisiter la cuisine et redécorer le restaurant".

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Je veux représenter une cuisine simple". Côté cuisine, Frédéric Anton compte bien également se démarquer de son prédécesseur, avec son propre menu. "Je veux représenter une cuisine simple. C'est-à-dire un produit, une saison, la France", dévoile le chef. L'asperge, la volaille de Bresse, "tous ces produits représentent à la fois notre terroir, mais aussi notre cuisine, donc je vais revisiter tous ces grands plats classiques, tous ces produits que l’on va retrouver tout au long de l’année pour en faire une belle cuisine française", conclut-il, désireux de donner des repères aux clients, Français ou étrangers, sur la gastronomie française. 

Europe 1
Par Ugo Pascolo