ARCHIVES - Tourner Shoah a été une "aventure" pour Claude Lanzmann

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

VIDÉO - En 2003 sur Europe 1, Claude Lanzmann était revenu sur la préparation puis le tournage "d'une difficulté considérable" de l'oeuvre de sa vie. 

ARCHIVES EUROPE 1

"Shoah, c’est une aventure". En 2003, Claude Lanzmann qui vient de s'éteindre à l'âge de 92 ans, revenait sur la préparation puis le tournage "d'une difficulté considérable" de l'oeuvre de sa vie, un film de 9h30 devenu le documentaire de référence sur l'extermination des Juifs d'Europe. "Shoah n’est pas un film sur la survie. C’est un film sur la mort, sur les morts. Et les quelques protagonistes juifs qui sont dans ce film ne disent jamais 'je'. Ils ne racontent jamais leur histoire personnelle. Ils disent ‘nous’, ils se veulent les porte-parole des morts", expliquait Claude Lanzmann au micro de Nicolas Poincaré. 

Des témoins au plus près des chambres à gaz. "Shoah" est sorti en 1985 après avoir nécessité 12 années de tournage. Et pour cause. "Comme personne n’est jamais revenu vivant d’une chambre à gaz pour témoigner, ceux que j’ai choisis ont vraiment été au plus près de la chambre à gaz. Des types qui étaient au crématoire, à la  porte des chambres à gaz. Certains entraient même dans les chambres à gaz, voulant mourir… La plupart d’entre eux parlaient pour la première fois. Et c’était d’une difficulté considérable pour tourner avec eux. J’avais besoin d’en savoir le plus possible sur eux avant de tourner pour les aider précisément à parler", détaillait encore Claude Lanzmann.

Autre difficulté à l'époque : "je ne savais jamais si j’aurais l’argent pour aller jusqu’au bout. Ça a été une sorte de course de relais des Horaces et des Curiaces de faire Shoah". Son film, qui a marqué les esprits dans le monde entier, a obtenu de nombreuses récompenses, dont, en France, un César d'honneur en 1986.