Affaire Vincent Lambert : "C'est la fin du litige", se félicite l'avocat de son épouse

, modifié à
  • A
  • A
Vincent Lambert est plongé dans un état végétatif depuis 10 ans. 1:16
Vincent Lambert est plongé dans un état végétatif depuis 10 ans. © AFP/COURTESY OF THE LAMBERT FAMILY
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, Me Patrice Spinosi assure qu'"il n'y a plus aucun recours qui puisse être fait et suspendre l'arrêt des soins" de Vincent Lambert, après la décision de la Cour de Cassation, vendredi. 
INTERVIEW

Est-ce la fin du feuilleton judiciaire autour du cas de Vincent Lambert ? Alors que vendredi, la Cour de Cassation a ouvert la voie à un nouvel arrêt des traitements du patient, en état végétatif depuis 10 ans, les parents de l'ancien infirmier ont d'ores et déjà menacé de poursuites pour "meurtre"  le médecin qui ordonnerait cet arrêt. Mais au micro d'Europe 1, Me Patrice Spinosi, l'avocat de l'épouse de Vincent Lambert, l'assure : "C'est la fin de ce litige, il n'y a plus aucun recours qui puisse être fait". 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

La haute juridiction a cassé la décision de la cour d'appel de Paris qui, le 20 mai, avait ordonné la reprise des traitements de cet ancien infirmier de 42 ans, victime d'un accident de la route en 2008 et devenu symbole de la fin de vie en France. "C'est la fin de ce litige, il n'y a plus aucun recours qui puisse être fait et suspendre l'arrêt des soins, plus aucun obstacle juridique à ce que l'arrêt des soins puisse être repris dès à présent", affirme l'avocat de Rachel Lambert.

"Nous sommes maintenant au bout de la route"

"Tous les juges imaginables français et européens ont d'ores et déjà été saisis, et donc faute de juge, il n'y a plus de recours qui puisse être diligenté par les parents de Vincent Lambert", martèle encore Me Patrice Spinosi. "Nous sommes maintenant au bout de la route".

"La décision définitive, c'est celle de l'arrêt des soins", dit-il encore, "elle a été décidée par le Conseil d'État, par la Cour de Cassation, par la Cour européenne des droits de l'Homme. Il n'y a plus de voie de recours utile, et ce indépendamment de ce que les parents de Vincent Lambert tenteront de faire croire". 

Europe 1
Par Chloé Triomphe, édité par Antoine Terrel