Accidents domestiques : "Un incendie se déclenche toutes les deux minutes en France"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Près de 300 décès sont liés chaque année à des incendies domestiques et près de 9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement à risque relatif aux incendies, selon une étude de l’association Attitude prévention sur les accidents de la vie courante et les risques d’incendie domestique, publiée vendredi.
INTERVIEW

Chutes à la maison, intoxications, électrisations… On compte 35.000 accidents domestiques par jour en France, plus de 20.000 décès par an, dont 300 liés à des incendies domestiques. C’est ce qui ressort d’une étude commandée par l’association Attitude prévention sur les accidents de la vie courante et les risques d’incendie domestique. "Un incendie se déclenche tous les 2 minutes en France", rappelle au micro d'Europe 1 Nathalie Irisson, secrétaire générale d’Attitude prévention. "Cela peut arriver à tout le monde, c’est pourquoi il est important de communiquer sur les gestes de prévention à adopter."

9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement à risque relatif aux incendies

Plus que le feu, ce sont les fumées qui sont les plus dangereuses et souvent à l’origine du décès. "Il est essentiel de s’équiper d’un détecteur de fumée à son domicile", insiste Nathalie Irisson. "C’est obligatoire et ça ne coûte pas cher mais encore faut-il l’installer et penser à l’entretenir régulièrement : changer les piles, le dépoussiérer..."

Selon l’étude, près de 9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement à risque relatif aux incendies, comme laisser les appareils électriques branchés, laisser des bougies allumées avant de se coucher ou surcharger ses prises électriques, ce qui peut entraîner une surchauffe. Dans son livret sur les dangers à la maison, Attitude prévention met l’accent en particulier sur la cuisine, le lieu de tous les dangers : les brûlures, les coupures, les intoxications avec les produits ménagers… "Dans son foyer, son cocon familial, on a l’impression d’être en sécurité", explique Nathalie Irisson. "C’est pourquoi la prévention est difficile à faire sur ce type d’accident."