À quoi va ressembler la convention citoyenne sur le climat ?

  • A
  • A
climat, planète, illustration : JOEL SAGET / AFP
Les citoyens seront invités à se réunir toutes les trois semaines pendant six mois pour faire leurs propositions. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Promesse d'Emmanuel Macron, la convention citoyenne sur le climat devrait commencer ses travaux dès le mois de juin. Elle sera constituée de 15 électeurs tirés au sort qui n'auront aucune obligation de participation.

La veille du G7 environnement qui se tiendra à Metz, les contours de la convention citoyenne sur le climat commencent à se préciser. Emmanuel Macron avait annoncé sa mise en place lors de sa conférence de presse la semaine dernière. Et nous en connaissons déjà quelques détails. 

Des Français tirés au sort pour proposer des solutions pour l'environnement

Quelque 150 Françaises et Français vont être tirés au sort d'ici deux semaines pour réfléchir aux mesures à adopter pour la transition écologique. Néanmoins, la participation de ces électeurs ne pourra se faire que sur la base du volontariat, avec un défraiement.

Ils se réuniront une fois toutes les trois semaines - cela devrait être au siège du Conseil économique social et environnemental - pour parler climat, biodiversité ou encore fiscalité environnementale dès le mois de juin. Ils auront ensuite six mois pour remettre leurs travaux au gouvernement. Le groupe recevra une lettre de mission qui fixera les thèmes sur lesquels ils vont devoir plancher, ainsi que les moyens financiers dont ils disposent. 

Des mesures mises en place rapidement

L'objectif de cette convention citoyenne est de proposer des leviers d'action sur le climat et aboutir en décembre prochain à un paquet de mesures environnementales. Certaines pourront être directement adoptées tandis que d'autres seront soumises à l'Assemblée ou encore au référendum, comme l'a confirmé le ministre de la Transition écologique François de Rugy sur BFMTV lundi. Il souhaite également un vote d'ici un an sur ces travaux.

Une convention guidée par des experts

Pour les guider dans leurs travaux, ces citoyens seront appuyés par des experts qui viendront leur donner un cadre, dresser un état des lieux, ou chiffrer certaines mesures. Ils pourront également auditionner des ONG pour en savoir plus sur certains sujets.

"Ces citoyens n'ont pas vocation à devenir des experts sur les sujets, au même titre que les parlementaires qui votent les lois ne sont pas tous des experts", a précisé l’entourage de François de Rugy auprès du HuffPost. "Nous souhaitons avant tout qu'ils aient un regard citoyen éclairé par des spécialistes de manière à apporter un peu de consensus sur des sujets qui clivent beaucoup."

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Marthe Ronteix