A Pau, des kiosques solidaires pour lutter contre la solitude

, modifié à
  • A
  • A
Pau, Kiosque solidaire, Benjamin Peter / Europe 1, 1280 1:21
© Benjamin Peter / Europe 1
Partagez sur :
Pour lutter contre la solitude, la ville de Pau veut recréer du lien entre ses habitants. Le plan de la mairie pour y parvenir comprend une cinquantaine de mesures, dont un projet de kiosques solidaires.

La ville de Pau s'attaque à la solitude. Samedi, la mairie a présenté son plan qui comprend une cinquantaine de mesures pour recréer du lien social entre les habitants. Parmi ces mesures, le projet de développer des kiosques solidaires. Ces lieux permettent de s'échanger des objets, des services et de se rencontre.

"Ça permet d'échanger." Cela se présente sous la forme d'une grosse armoire à quatre portes. A l'intérieur, une penderie avec des vêtements d'enfants ou d'adultes, des rayonnages qui accueillent des jeux de société ou des livres. Chacun peut se servir ou, comme Françoise, déposer des objets. "Je voulais donner des livres de recettes et des livres de lecture. Ça permet d'échanger", explique-t-elle à Europe 1.

"On se parle entre nous." Chadia y jette un œil tous les jours. Ce qui lui plaît, c'est qu'autour du kiosque, les gens recommencent à se parler : "Il y a des gens qui viennent déposer, d'autres qui prennent. On se parle entre nous. La dernière fois, il y avait une dame qui est venue chercher des fringues pour ses enfants. Je lui ai dit : 'J'ai un sac chez moi, si vous voulez, je vous l'apporte.' Depuis, je la connais." C'est l'association de Didier Brisset, "Le Fonds des hirondelles", qui a eu l'idée de ces kiosques, qui sont aussi connectés pour s'échanger des objets plus volumineux ou des services.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Un 'prétexte' pour pouvoir créer ce lien." "L'échange va au-delà du lieu physique. Vous chargez l'application "Merci Beaucoup" et là, vous allez avoir des tas d'informations. Une information sur la vie du quartier. Vous allez avoir des choses qui ne peuvent pas s'échanger dedans. Vous voulez donner des cours pour aider un petit, vous pouvez le faire. C'est un 'prétexte' pour pouvoir créer ce lien entre tous les habitants et les personnes", détaille le président de l'association. Pour le moment, il n'en existe que deux dans toute la ville mais, l'idée à terme, est que chaque quartier dispose de son kiosque solidaire.

Europe 1
Par Benjamin Peter, édité par Grégoire Duhourcau