Assassinat : procès sous tension à Nantes

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le procès en appel de cinq hommes accusés d'avoir enlevé, torturé et assassiné Bernard Algret, un tenancier de bar à hôtesses en décembre 2005, s'ouvre lundi à la Cour d'appel de Saint-Brieuc. Lourdement condamné en première instance en 2009 à Quimper, les cinq hommes - qui se détestent - se retrouvent dans le box. Les faits qui leur sont reprochés ont d'une violence incroyable. Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2005, le commando du milieu nantais enlève Bernard Algret à son domicile de Bénodet. Emmené à Nantes, ce patron de bar est horriblement torturé.

Coups de feu dans une jambe, coups de barre à mines, un des cinq hommes lui aurait même enfoncé une perceuse au niveau des genoux, comme le rappelle Ouest-France. "Il y allait doucement, sans se presser", a même commenté l'un des coaccusés lors du premier procès. Finalement ligoté et bâillonné, son corps sera retrouvé en avril 2006 dans l'estuaire de la Loire. La raison de l'appel tient dans la ligne de défense de José Antonio Freitas de Jésus qui a toujours nié son implication, contrairement aux quatre autres qui ont avoué. La justice a sérieusement préparé le terrain et prévu un dispositif de sécurité exceptionnel. Condamné à perpuité, "Tonio" pourrrait sérieusement penser à l'évasion.