Ours en Béarn : Claverina et Sorita ont la forme et sont plus jeunes qu'on ne croyait

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Selon des analyses réalisées récemment, les deux ourses ont en fait 5 ans, au lieu des 7 à 8 ans estimés, "une bonne nouvelle pour l'espèce", selon l'ONCFS.

Claverina et Sorita, les deux ourses slovènes lâchées en Béarn en octobre dernier, sont "en excellente forme" et ont déjà parcouru 530 km des deux côtés des Pyrénées, annonce mardi l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

5 ans, au lieu des 7 à 8 ans estimés. Le dépouillement des analyses effectuées lors de leur capture montre "l'absence de maladie et autre parasite" et un âge probable de 5 ans, et non pas 7 à 8 ans comme on le croyait au moment de leur lâcher. "Cette jeunesse des deux ourses est une bonne nouvelle pour l'espèce : des individus plus jeunes ont plus de chance de s'adapter rapidement à leur nouvel environnement, l'ours ayant une espérance de vie d'environ 25 ans", note l'office dans un communiqué.

"Aucune prédation sur cheptel". Suivies grâce à leurs colliers émetteurs, les deux ourses ont fait "quelques incursions sur le territoire voisin espagnol, en Aragon et en Navarre", Claverina en profitant pour goûter quelques ovins d'élevage, en novembre. Ces "épisodes de prédation en Espagne ont été gérés en bonne coordination entre les autorités françaises et espagnoles, nationales comme locales", relève l'office, alors même que l'implantation de ces deux plantigrades avait soulevé côté français un vaste mouvement de protestation des éleveurs. "Aucune prédation sur cheptel n'a été, pour l'heure, imputée aux deux ourses sur le sol français", souligne d'ailleurs l'office.

Les deux ourses vont bientôt entrer en hibernation. Malgré la douceur des températures, les deux ourses slovènes s’apprêtent à hiberner. "Claverina et Sorita sont, depuis quelques jours, fixées sur une zone réduite et ne se déplacent presque plus. Elles devraient entrer en tanière et se mettre en sommeil d'ici la fin de l'année." Elles ne se coucheront pas le ventre vide : l'examen de matière fécale a permis de constater une "forte consommation de glands, un fruit forestier très nutritif pour les ours".