Eclipse solaire partielle ce jeudi : où et quand en profiter au mieux ?

, modifié à
  • A
  • A
L'éclipse de ce jeudi ne sera que partielle.
L'éclipse de ce jeudi ne sera que partielle. © JON OLAV NESVOLD / NTB SCANPIX / AFP
Partagez sur :
Une éclipse solaire va parcourir ce jeudi en milieu de journée le ciel de l'hémisphère nord. Si, en Europe, elle ne sera visible que partiellement, elle demeure observable et donc dangereuse pour les yeux. Le maximum de l'éclipse est prévu entre 11h55 et 12h20.

La Lune va se glisser lentement devant le Soleil ce jeudi. Une éclipse solaire va traverser le ciel de l'hémisphère nord pendant une durée de 2 heures ce jeudi en milieu de journée. Le phénomène aura lieu sur une bande d'environ 500 km courant du Canada à la Sibérie, en passant par l'Europe. En France, elle ne sera que partielle et on ne ressentira pas de baisse de la luminosité mais elle restera tout de même dangereuse pour les yeux. Le maximum de l'éclipse aura lieu entre 11h55 et 12h20. Pour la voir au mieux il faut se rendre à Brest. Midi sera l'heure parfaite pour suivre ce spectacle.

Attention à sa rétine

On parle d'éclipse totale lorsque la Terre, la Lune et le Soleil sont parfaitement alignés. Ainsi, ce jeudi, au Canada, dans le Nord de la Russie ou au Groenland, l'éclipse sera presque totale. En Europe de l'Ouest, et notamment en France, elle ne sera que partielle et ce plus ou moins selon les endroits. Ainsi, le soleil sera dans l'obscurité seulement à 13 % à Paris et 3 % à Marseille. À l'inverse, le meilleur spot pour voir ce spectacle céleste est dans l'Ouest de la France, à Brest.

Comme toujours il faut absolument éviter d'observer le soleil à l'œil nu rappelle Milan Maksimovic, astrophysicien à l'Observatoire de Paris. "Il suffit de quelques secondes pour potentiellement brûler la rétine. Il y a eu des accidents en fixant le soleil donc il ne faut jamais le faire". Ainsi, conseille-t-il, "pour observer, le mieux ce sont les lunettes d'observation d'éclipses. Ce qui marche bien également ce sont les masques à soudure". Des précautions pour profiter du spectacle, qui est "toujours un moment émouvant" pour l'astrophysicien.

Europe 1
Par Laure Dautriche, édité par Guilhem Dedoyard