Vaccination : l'objectif de 40 millions de primo-injections "devrait être atteint fin juillet", selon Castex

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex
Le Premier ministre a annoncé devant l'Assemblée nationale que l'objectif de 40 millions de primo-injectés devrait être tenu fin juillet. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a annoncé mardi devant l'Assemblée nationale que l'objectif de 40 millions de premières doses de vaccins contre le Covid-19 injectées "devrait être atteint à la fin du mois de juillet". Il a également été questionné sur le stock existant en France et un éventuel report du pass sanitaire. 

L'objectif de 40 millions de premières doses de vaccins contre le Covid-19 injectées "devrait être atteint à la fin du mois de juillet", soit avec un mois d'avance sur le tableau de marche initial, a annoncé mardi Jean Castex devant l'Assemblée nationale. Mi-juin, le Premier ministre avait dit viser la barre des 40 millions fin août, ainsi que celle des 35 millions de Français totalement vaccinés au même horizon. A la date de lundi, 37.809.568 personnes avaient reçu au moins une dose et 30.788.868 étaient considérées comme complètement vaccinées, selon la Direction générale de la Santé.

Un stock de 6 millions de doses de vaccins

Interrogé par la présidente du groupe socialiste Valérie Rabault, Jean Castex a indiqué que la France disposait actuellement d'un "stock de 6 millions de doses". "Et jusqu'à fin août sont prévues d'arriver de l'ordre de 4,5 millions de doses par semaine dont 2,5 seront réservées pour l'administration des deuxièmes doses", a-t-il précisé, alors que Valérie Rabault s'est inquiétée de l'insuffisance de ces chiffres.

"S'il n'y a pas assez de doses, comment voulez vous que le pass sanitaire entre en vigueur ? Vous enfermez les Français et vous leur donnez l'illusion d'une liberté qui n'existe pas encore", a-t-elle notamment lancé au Premier ministre.

Certains députés demandent à repousser l'entrée en vigueur du pass sanitaire

Jean Castex a également été interpellé par le chef de file des députés LR Damien Abad qui lui a reproché la "lenteur", le "manque de pédagogie parfois et le manque d'anticipation" qui a, selon l'élu de l'Ain, causé "trois mois de retard sur nos voisins" dans la campagne vaccinale. Estimant que le "pass sanitaire ne passe pas", Damien Abad a également appelé Jean Castex à repousser son entrée en vigueur au 30 août.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP