Urgences : Pécresse relance l'idée d'un numéro unique

  • A
  • A
Valérie Pécresse plaide pour une "réforme plus ambitieuse" du système des urgences.
Valérie Pécresse plaide pour une "réforme plus ambitieuse" du système des urgences. © ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :
Face à la crise des urgences, la présidente de la Région Île-de-France propose un plan en quatre axes, qui comprend la mise en place d'un numéro unique avant de se rendre à l'hôpital.

 

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse préconise une réforme "ambitieuse" pour résoudre la crise des urgences, dans une tribune parue dans le Journal du dimanche. Elle relance l'idée de mettre en place un numéro unique obligatoire.

Valérie Pécresse, ex-LR, fait le constat de "services d'urgence saturés" et d'un "malaise" des professionnels, y voyant le fait d'une "crise profonde du système". Elle juge que les premières réponses apportées par le gouvernement à la crise vont "dans le bon sens", mais plaide pour une "réforme plus ambitieuse".

Pas de date de mise en oeuvre de ce numéro

Elle propose un plan en "quatre axes" : renforcer l'attractivité du métier, engager un mouvement de délégation de tâches, changer "l'organisation de la réponse aux besoins de soins urgents" et enfin renforcer la sécurité des professionnels en aggravant les peines encourues en cas d'agression. Sur le troisième axe, elle relance ainsi l'idée, prônée notamment par les pompiers, de mettre en place "par substitution à la kyrielle des numéros actuels, un numéro unique, et de le rendre obligatoire avant de se rendre aux urgences". 

Emmanuel Macron s'est prononcé pour ce numéro unique pour centraliser l'ensemble des appels d'urgence, aujourd'hui éclatés entre Samu (15), police (17), pompiers (18), 112 ou 114, mais aucune date de mise en oeuvre n'a été arrêtée.