On a testé arretmaladie.fr, le site de téléconsultation qui inquiète l'Assurance maladie

, modifié à
  • A
  • A
1:20
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Ouvert mardi, le site arretmaladie.fr permet d'obtenir un arrêt maladie en quelques clics, après une simple téléconsultation avec un médecin. Mais le dispositif agace l'Assurance maladie, qui dénonce un détournement de la téléconsultation, et va attaquer le site en justice.

Le site fait grincer les dents de l'Assurance maladie. Ouvert mardi, le site arretmaladie.fr permet d'obtenir un arrêt de travail sans passer chez le médecin, mais par un questionnaire suivi d'une téléconsultation à l'issue de laquelle le médecin peut délivrer au patient des ordonnances, mais aussi des arrêts maladie. Une plateforme qu'Europe 1 a voulu tester, avec comme résultat 25 euros dépensés, une courte consultation, et une ordonnance envoyée par mail. 

Lors de notre arrivée sur le site, on renseigne nos prétendus symptômes : nez bouché, toux grasse et maux de tête. Nous répondons ensuite à une vingtaine de questions sur nos antécédents médicaux, jusqu'au choix du médecin pour ma téléconsultation. Moins de 10 minutes après ma première connexion, et moyennant 25 euros, nous voici en ligne avec un docteur.

Une ordonnance envoyée par mail

Après une consultation de seulement six minutes, on connait notre maladie. "Vous avez une belle sinusite", explique le médecin, avant qu'une ordonnance avec des antibiotiques nous soit envoyée par mail. On demande ensuite un arrêt de travail, mais sans succès. "Le problème, c’est que la sinusite, ce n’est pas reconnu comme arrêt de travail", explique notre médecin, qui indique qu'un arrêt aurait été possible par exemple en cas de gastro-entérite. "Il y a des choses qui sont reconnues comme arrêt de travail comme la gastro-entérite, car c'est contagieux", précise-t-il. 

Ces arrêts de travail, décrochables en 2-3 clics, sont vus d'un très mauvais oeil par l’Assurance maladie, qui les considère comme un détournement de la téléconsultation, et qui va attaquer le site en justice.