Mon partenaire sexuel ne fait pas de bruit, dois-je m'en inquiéter ?

  • A
  • A
L'absence de réaction sonore du partenaire ne signifie pas nécessairement l'absence de plaisir.
L'absence de réaction sonore du partenaire ne signifie pas nécessairement l'absence de plaisir. © pixel2013 / Pixabay
Partagez sur :
Chaque dimanche de l'été, Europe 1 répond à vos interrogations les plus intimes dans son magazine de la santé, de 10h à 11h.

Tous les dimanche cet été, à partir de 10 heures, retrouvez sur Europe 1 votre magazine santé/bien-être présenté par Mélanie Gomez. Sexualité, sentiments, épanouissement personnel… Catherine Blanc, sexologue et psychanalyste à Paris, répond sans tabou à la question plus ou moins intime d’un(e) auditeur(ice). Retrouvez son conseil sexo du jour :

La question de Mathieu, 26 ans

"Je suis, depuis quelques mois, avec une fille dont je suis très amoureux. Mais, par contre, elle n'est pas très expressive pendant nos rapports sexuels. J'ai vraiment du mal à savoir si elle prend du plaisir. Comment savoir ?"

Les conseils de Catherine Blanc

"La sexualité étant une conversation, on a évidemment plutôt envie que l'autre interagisse. Maintenant, à chacun sa pudeur, à chacun sa façon de créer de l'érotisation en soi, et de laisser monter la puissance de l'excitation, du désir, du délice et, potentiellement, de l'orgasme. Ça peut même être très érotique de faire croire qu'il ne se passe rien alors qu'il se passe un truc incroyable à l'intérieur de soi.

L'erreur est peut-être de toujours chercher à voir des choses. D'abord, c'est se priver d'être dans son propre ressenti : on est en train d'observer l'autre et l'efficacité de son action sur l'autre. On mesure son pouvoir de faire basculer l'autre. Et l'autre, on lui met aussi une pression incroyable parce qu'il doit basculer absolument. Or, évidemment, la sexualité ce n'est pas le flipper. On n'est pas obligé de faire tilter la machine, on peut laisser l'autre être actrice/acteur de son propre mécanisme."

Parmi les raisons qui font attendre une réaction sonore de l'autre, on peut citer l'influence de la pornographie...

"Il y a effectivement des modèles, et la pornographie en est un malheureux, très caricatural, qui ne donne qu'une seule expression de relation. Mais il y a aussi autre chose : la sexualité va assez volontiers amener du râle, du son. Comme dans un effort physique, on peut retenir le son. Mais ça peut être très érotique de le faire en douce, pour être discret par rapport à la chambre d'à côté. Dans l'érotisation, le plaisir entraîne un besoin d'ouverture, de lâcher prise, notamment en termes respiratoire et vocal."

S'il n'y a pas de réaction sonore de la part du partenaire, il n'est toutefois pas toujours opportun de vouloir en parler juste après l'acte...

"C'est toujours un peu compliqué de refaire le match. Parce que du coup, chacun s'évalue, parce l'on peut en venir à la simulation. Dans ces cas là, la femme est aimante, elle a envie de le rassurer, de continuer à faire l'amour. Il est difficile aussi d'indiquer les chemins du plaisir. La seule chose qu'une femme peut indiquer, c'est ce qu'elle se fait elle-même, si tant est qu'elle se masturbe. Or, il n'y a aucun rapport entre une sexualité qui se fait avec quelqu'un et une sexualité qui se fait avec soi même. Donc, c'est vraiment une histoire de relation, de fouiller le corps de l'autre, de le découvrir petit à petit."

Et cela vaut pour les femmes, comme pour les hommes.. 

"Chez les femmes, on ne voit rien, donc on attend beaucoup du son et de l'image. Les hommes cherchent les mamelons, les pupilles, les respirations, les cabrages de croupe ou je ne sais quoi car il n'y a pas de signe extérieur visible. Alors que l'homme, sous prétexte qu'il a une érection, qu'il éjacule, on peut penser qu'il était excité et qu'il était en désir. Alors qu'un homme peut avoir une érection sans avoir désir, même s'il peut le transformer en activité sexuelle.

Et l'éjaculation n'est pas nécessairement l'expression d'un orgasme. On fait une erreur en Français de dire : 'j'ai joui'. Dans la culture asiatique, le maintien de l'éjaculation n'annule pas le plaisir. Il est dépendant de ce maintien. Certes, c'est un plaisir l'éjaculation, puisque il y a une libération. Mais uriner est un plaisir aussi, ce n'est pas pour autant un orgasme. Selon ce qui se joue dans la relation, l'éjaculation peut amener un plaisir agréable, très agréable ou topissime. Il y a des échelles et il y a même des hommes qui sont dans la souffrance de leur éjaculation".