Le confinement aurait permis de sauver plus de 60.000 vies en France, selon une étude

  • A
  • A
Canal saint martin coronavirus confinement pas respecté 1:01
Le confinement aurait permis de sauver plus de 60.000 vies en France, selon une étude © AFP
Partagez sur :
Selon une étude, le confinement aurait permis de sauver plus de 60.000 vies en France. Sans ces mesures de restrictions, plus de 100.000 patients auraient dû être admis en réanimation, alors que le nombre de lits s'élève entre 5.000 et 10.000. 

Alors que la France attaque son 43ème jour de confinement et que le Premier ministre doit présenter ce mardi le plan de déconfinement, certains s'interrogent, comme Youssef sur Europe 1, et se demande combien de vie ont pu être sauvées grâce aux mesures de restrictions imposées par l'Etat. Le docteur Jimmy Mohammed, lui répond. 

60.000 vies sauvées 

Des chercheurs ont modélisé les conséquences de l'absence de confinement et ils se sont rendus compte qu’avec un mois de confinement simplement, on a pu éviter énormément d’hospitalisations. On s’est aussi plaint du nombre de personnes immunisées, le pourcentage de la population déjà contaminée, aux alentours de 6%. Les chercheurs ont montré qu’au 19 avril, 23% de la population aurait eu le coronavirus sans le confinement.

Selon une étude de l'École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP), plus de 60.000 vies auraient été sauvées par le confinement. Selon les chercheurs, 154.570 patients auraient dû être admis en réanimation sans ces mesures de restriction. Un bilan presque dix fois supérieur à la réalité : 14.250 personnes en soins intensifs, entre le 19 mars et le 19 avril. "Or nous connaissons les chiffres de réanimation, nous avons entre 5.000 et 10.000 lits de réanimation."

Le confinement a également permis de ne pas submerger les hôpitaux. Sans distanciation, 669.470 patients auraient nécessité une hospitalisation pour une contamination au Covid-19, contre plus de 80.000 actuellement. Les conséquences directes d’un confinement qui aura été efficace.

Europe 1
Par Jimmy Mohammed, édité par Mathilde Durand