Lancement d'une expérimentation pour une meilleure santé dentaire en maison de retraite

  • A
  • A
L'expérimentation devrait concerner à terme un peu plus de 3.600 personnes âgées.
L'expérimentation devrait concerner à terme un peu plus de 3.600 personnes âgées. © PASCAL LACHENAUD / AFP
Partagez sur :
Pendant quatre ans, un programme d'accompagnement et de prévention en matière d'hygiène bucco-dentaire va être testé dans quelque 48 Ehpad, en Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Pays-de-la-Loire.

L'Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) va pouvoir expérimenter un programme d'accompagnement et de prévention à destination des résidents des maisons de retraite médicalisées (Ehpad), dont les problèmes dentaires sont trop souvent négligés, selon un arrêté paru samedi au Journal officiel.

Trois régions concernées

Cette expérimentation, "autorisée pour une durée de quatre ans à compter de la prise en charge du premier patient", selon le texte, sera financée grâce au fonds pour l'innovation du système de santé, pour un coût estimé à 960.000 euros environ. Elle devrait concerner à terme un peu plus de 3.600 personnes âgées vivant dans 48 établissements, répartis dans trois régions (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Pays-de-la-Loire), d'après le projet de l'UFSBD, une association de dentistes, annexé à l'arrêté.

Un problème répandu

"L'état de santé orale des personnes âgées" en Ehpad "est problématique", y est-il rappelé. Alors que la majorité des résidents (85%) présentent "une hygiène buccale insuffisante et des besoins de soins", près de la moitié (45%) n'ont "pas eu de consultation dentaire depuis cinq ans", relève l'UFSBD, soulignant les risques associés à une mauvaise santé dentaire : "infections pulmonaires, pathologies cardio-vasculaires, aggravation du diabète, déséquilibres alimentaires, etc."

Au manque de temps, de moyens et d'information des personnels des Ehpad s'ajoute la rare implication des dentistes dans ces structures. Pour changer la donne, l'UFSBD entend développer la télésurveillance des séniors, via une application sur smartphone. Celle-ci permet, avec un écarteur, de "prendre des scans de la bouche des résidents de façon non intrusive", analysés ensuite par un algorithme, sous la supervision d'un dentiste, en vue d'une "recommandation personnalisée".

Pour favoriser son utilisation, des "séances d'accompagnement du personnel soignant" seront organisées dans les Ehpad sélectionnés, tandis que les dentistes seront "sensibilisés aux objectifs du programme", comme les familles des résidents. Des points d'étapes seront en outre réalisés deux fois par an entre des chirurgiens-dentistes référents et les cadres de santé.

Un forfait de 102 euros par an

Pour rémunérer ces actions, le document de l'UFSBD mentionne un forfait moyen de 102 euros par an et par résident volontaire alloué à l'Ehpad, aux côtés d'un financement global de 220.000 euros au titre de la formation des professionnels en Ehpad et de près de 53.000 euros pour "l'ingénierie du projet" (campagnes de communication, sélection des établissements, etc...). Fin mai 2018, Agnès Buzyn, avait promis le développement d'actions de prévention bucco-dentaire dans les Ehpad parmi d'autres mesures pour les personnes âgées. La ministre de la Santé sera dimanche l'invité du Grand rendez-vous sur Europe 1.