"La salive ne transmet pas le VIH !" : la mise au point du Dr Jimmy Mohamed

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
De nombreuses fausses idées concernant le VIH et ses modes de transmission circulent encore aujourd'hui. Dans l'émission Sans rendez-vous sur Europe 1, le Dr Jimmy Mohamed propose, à cet égard, une mise au point sur la transmission du virus. 

Les idées reçues sur le sida continue d'avoir la vie dure. C'est en tout cas le sentiment du Dr Jimmy Mohamed, médecin généraliste et chroniqueur à Europe 1, qui propose mardi dans Sans rendez-vous, sur Europe 1, une petite mise au point. Tout d'abord, le VIH n'est pas le sida. C'est le virus responsable du sida. Une personne séropositive n’a donc pas forcément le sida. Lorsqu’elle dispose d’un traitement, elle vit simplement avec le virus, et dispose d’une espérance de vie similaire à une personne séronégative. Dès lors, découvrir sa séropositivité aujourd'hui en France n’est pas une condamnation à mort.

Les modes de transmission du VIH

L’infection par le VIH, qui est donc le virus responsable du sida, est une maladie transmissible dans certaines circonstances très précises. Le plus souvent, elle se produit lors de rapports sexuels. Ce n’est pas une maladie contagieuse qui s’attraperait sans contact direct, comme la grippe. Dès lors, le VIH ne peut pas se transmettre par la baignade, un baiser, une étreinte, un éternuement, la toux, une piqûre d’insecte, ou encore le partage d’un verre ou d’un vêtement. La salive ne transmet pas le VIH. En effet, le VIH a une très faible résistance à l’air libre. Après cinq à dix secondes à l’air libre, une goutte de sang ne contient plus le virus.

Au contraire, la transmission du VIH peut se faire lors de rapports sexuels non protégés par un préservatif, s’il y a pénétration vaginale, anale ou buccale. La transmission du virus peut également se faire par un contact important avec du sang contaminé, lors du partage de matériel d’injection, ou lorsque l'on se pique par accident en cas d’exposition, c'est le fait des soignants. La transmission de la mère à l'enfant est possible si la mère n'est pas traitée, ou pendant l’allaitement.

Être porteur du VIH sans le transmettre

Il est possible d'être porteur du VIH sans pour autant le transmettre. C'est le principe du Treatment as Prevention (TasP). Une personne séropositive sous traitement dont la charge virale est indétectable devient intransmissible. Cela signifie que l'on peut ne plus transmettre le virus, quel que soit le mode de transmission.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed, édité par Léa Beaudufe-Hamelin