Incendie de Notre-Dame : du plomb détecté chez un enfant

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Même si le taux de plomb découvert dans le sang de cet enfant n'a rien d'alarmant, l’Agence régionale de santé réclame un suivi régulier.

La découverte d’un taux trop élevé en plomb dans le sang d'un enfant vivant à proximité de Notre-Dame de Paris soulève des inquiétudes. Dès le lendemain de l'incendie de la cathédrale, des associations écologiques, et notamment Robin des Bois, avaient alerté sur le risque lié au plomb. La toiture de l’édifice, qui s'est effondrée et dont les éléments ont fondu, a pu en effet provoquer des émanations néfastes.

L’enfant concerné présente un taux supérieur au seuil réglementaire qui est de 50 microgrammes par litre de sang. Ce taux constaté n’est pas extrêmement élevé selon les autorités. La vie de l’enfant n’est pas en danger et celui-ci ne nécessite même pas de traitement particulier, car il ne présente pas de risque de saturnisme.

 

Ouverture d'un centre de dépistage

Néanmoins, et par précautions, l’Agence régionale de santé (ARS) demande à ce que cet enfant soit suivi régulièrement dans les semaines qui viennent, comme tous les enfants de moins de 7 ans et les femmes enceintes qui vivent à proximité de l’île de la Cité. L’ARS leur conseille de consulter un médecin pour se faire prescrire un dosage de plomb par prise de sang. Pour ceux qui le souhaitent, il existe même une consultation spécialisée pour ce dépistage, ouverte à partir de mardi sur rendez-vous au centre de diagnostic de l’Hôtel-Dieu.

"Les intoxications au plomb sont un problème sur la durée", insiste le médecin Hélène Lelong. Elle se veut donc plutôt rassurante : "Il faut voir s’il y a des habitants avec un taux de plomb supérieur dans le sang, et, si c’est le cas, voir quel en est la source. On s’apercevra peut-être que ça n’a rien à voir avec ce qui s’est passé mi-avril", relève-t-elle. Le taux de plomb élevé retrouvé chez l’enfant vivant à proximité de la cathédrale pourrait d’ailleurs provenir de peintures au plombs ou des canalisations.

L’ARS et la Préfecture de police conseillent également aux riverains de mettre en place un nettoyage humide de leur appartement : nettoyer les murs et les plafonds avec des lingettes pour enlever la poussière de plomb. Après utilisation, les lingettes doivent être repliées en deux, face polluée contre face polluée, et mises dans un sac poubelle à part, à jeter dans le bac des ordures non-recyclables.