Covid-19 : 30.354 morts en France, la situation "s'est dégradée"

, modifié à
  • A
  • A
30.354 morts en France, légère baisse des réanimations. (Photo d'illustration)
30.354 morts en France, légère baisse des réanimations. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 30.354 morts, et d'une légère baisse des réanimations. De son côté, le Premier ministre Jean Castex a indiqué ce mardi que l'interdiction des événements de plus de 5.000 personnes était prolongée jusqu'au 30 octobre. 
L'ESSENTIEL

Pas de rassemblements de plus de 5.000 personnes avant la fin octobre. C'est la principale annonce faite par le Premier ministre Jean Castex ce mardi, lors de son déplacement au CHU de Montpellier. De son côté, le dernier bilan de la Direction générale de la Santé fait état de 30.354 personnes décédées du Covid-19 en France depuis le début de l'épidémie, et 391 cas graves en réanimation, soit 5 de moins depuis la veille. Dans le monde, le seuil des 20 millions de personnes contaminées a été franchi. En Russie, Vladimir Poutine annonce un "premier" vaccin contre le virus.

Les principales infos à retenir 

  • Les événements de plus de 5.000 personnes sont interdits jusqu'au 30 octobre
  • Castex veut "étendre le plus possible" le port du masque en public
  • 30.354 personnes morts du Covid-19 en France, avec 391 cas graves en réanimation
  • Vladimir Poutine annonce que la Russie a développé "le premier vaccin" contre le coronavirus

30.354 morts en France, légère baisse des réanimations

Le dernier bilan du coronavirus de la Direction générale de la Santé fait état de 30.354 personnes décédées du Covid-19 depuis le début de l'épidémie (soit 14 de plus que lundi), dont 19.849 au sein des établissements hospitaliers et 10.505 en établissements sociaux et médico-sociaux. Contrairement au dernier pointage, le nombre de patients en réanimation a légèrement diminué avec 391 malades, soit 5 de moins. On compte désormais 879 clusters sur l'ensemble du territoire, soit 28 nouveaux depuis la veille. 

Pas d'événements de plus de 5.000 personnes avant fin octobre

Alors que le virus continue de circuler sur le territoire français, le Premier ministre Jean Castex a annoncé mardi que l'interdiction des événements de plus de 5.000 personnes était étendue jusqu'au 30 octobre. Le chef du gouvernement a toutefois précisé que les préfets auront la "possibilité d'y déroger avec la vérification du strict respect des consignes sanitaires". Et de rappeler qu'"on ne peut pas tout attendre des collectivités publiques, chacun exerce une part de responsabilité". Selon lui, la situation sur le front de l'épidémie "s'est dégradée".

Parallèlement, Jean Castex a également annoncé son intention de demander aux préfets "d'étendre le plus possible l'obligation du port du masque" en public. "Nous devons donc réagir individuellement et collectivement et nous devons réagir vigoureusement, c'est la raison pour laquelle, sous l'autorité du chef de l'État, je vais demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics", a-t-il expliqué.

Masque obligatoire sur les marchés de plein air à Grenoble

Quelques heures après les annonces du Premier ministre, la préfecture de l'Isère a, "à la demande du maire" Eric Piolle, pris un arrêté rendant obligatoire dès mercredi "le port du masque sur les marchés en plein air, les brocantes et les vide-greniers situés dans la ville de Grenoble, pour toute personne à partir de l'âge de onze ans". Cette mesure s'applique jusqu'au 30 septembre inclus. 

Un "premier vaccin" russe selon Vladimir Poutine

La Russie a développé le "premier" vaccin contre le coronavirus, a affirmé mardi le président russe lors d'une vidéo-conférence avec des membres du gouvernement retransmise à la télévision, assurant qu'il donnait une "immunité durable". "Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré", a-t-il dit, en ajoutant : "je sais qu'il est assez efficace, qu'il donne une immunité durable".

La propre fille du président russe s'est fait inoculer le vaccin. "Elle a participé à l'expérience", a indiqué Vladimir Poutine, affirmant qu'elle avait eu un peu de température, "et c'est tout". Ce vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes.

De son côté, l'Organisation mondiale de la Santé a réagi prudemment à cette annonce. Nous sommes en étroit contact avec les Russes et les discussions se poursuivent. La pré qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux", a pointé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l'OMS, lors d'une visio-conférence de presse. Le ministère allemand de la Santé a émis des doutes sur "la qualité, l'efficacité et la sécurité" de ce vaccin.

L'agence européenne appelle à "restaurer certaines mesures" 

L'agence européenne en charge des maladies infectieuses a elle aussi exhorté lundi les Etats européens à "réinstaurer certaines mesures" pour prévenir la "résurgence réelle" du Covid-19 observée sur le Vieux Continent. Même s'il est encore inférieur au pic atteint en Europe le 9 avril, le nombre de nouveaux cas quotidiens semble en progression, souligne l'agence. Selon les statistiques de l'agence, environ 10.000 à 15.000 cas sont détectés chaque jour dans l'Union européenne, loin du pic au-delà des 30.000 cas début avril mais nettement au-dessus de la barre des 5.000 observée de mi-mai à mi-juillet.

Les autorités espagnoles ont d'ailleurs reconnu lundi qu'elles ne parvenaient pas à contrôler "parfaitement" la contagion, alors que le pays a enregistré en deux semaines la plus forte progression de cas détectés parmi les grands pays d'Europe occidentale (+60%). Le nombre de morts a sensiblement augmenté avec 65 décès recensés au cours des sept derniers jours, dont plus de la moitié en Aragon, région du nord-est du pays. Aperçu à Malaga, l'acteur espagnol Antonio Banderas a annoncé lundi, le jour de ses 60 ans, qu'il se trouvait en quarantaine après avoir été diagnostiqué positif au coronavirus, tout en précisant aller "relativement bien" et être seulement un peu "fatigué".

La Finlande va imposer de son côté une quatorzaine obligatoire, sous peine de prison, à toute personne en provenance d'un pays à risque. 

44.000 nouvelles infections aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, pays le plus touché au monde en valeur absolue avec 163.370 décès, plus de 44.000 nouvelles infections et 457 morts ont été déplorés en 24 heures, selon le comptage de Johns Hopkins. Lors de son point de presse quotidien consacré à la gestion de l'épidémie, le président Donald Trump a une nouvelle fois appelé à une réouverture des écoles.

Plus de 20 millions de cas recensés dans le monde

La pandémie a fait au moins 736.828 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11h00 GMT. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 163.465 décès pour 5.094.565 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Au moins 1.670.755 personnes ont été déclarées guéries. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 101.752 morts pour 3.057.470 cas, le Mexique avec 53.003 morts (485.836 cas), le Royaume-Uni avec 46.526 morts (311.641 cas), et l'Inde avec 45.257 morts (2.268.675 cas).

En Nouvelle-Zélande, la Première ministre, Jacinda Ardern, a ordonné le confinement d'Auckland, la plus grande ville du pays, après l'apparition de quatre cas coronavirus alors qu'aucune contamination domestique au sein d'une communauté n'avait été enregistrée depuis 102 jours.