Le variant Omicron est en cours d'étude par la communauté scientifique. 1:52
  • Copié
Afsané Sabouhi, avec AFP , modifié à
Détecté pour la première fois en Afrique du Sud la semaine passée, le variant Omicron circule déjà en Europe. Ce nouveau variant serait plus contagieux, selon le Conseil scientifique, mais sa résistance aux anticorps reste encore à prouver. L'OMS a pointé un "risque très élevé" au niveau mondial.

Branle-bas de combat contre le variant Omicron. Huit cas potentiels du nouveau variant ont été détectés en France et il fait peu de doutes que l'Hexagone sera touché, comme ses voisins, par une vague de ce nouveau variant du Covid-19. Ce lundi matin, le Conseil scientifique a communiqué sur ce nouvel acteur qui risque de perturber la fin de l'année.

Contagiosité accrue

Le Conseil scientifique a ainsi estimé que le variant Omicron était plus transmissible que le variant Delta. L'organisation a indiqué qu'il était également fort possible qu'il échappe à certains anticorps et donc qu'il entraîne une baisse d'efficacité vaccinale. Bonne nouvelle cependant : Omicron est très bien détecté par les tests PCR et antigéniques. Pour le Conseil scientifique, il ne faut pas se tromper de menace : la variant qui circule le plus et qui risque d'envoyer les Français à l'hôpital est le variant Delta.

"Quand ce virus va arriver sur l'Europe et la France, il va être confronté à une vague Delta qui est extrêmement active et une population qui est aussi vaccinée dans sa très grande majorité. C'est vraiment le variant Delta qui est notre préoccupation. Et de toute façon, la lutte contre ce variant est en même temps une lutte contre le variant Omicron", a affirmé l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet. "

Concernant les huit cas suspects de variant Omicron en France, les résultats du séquençage arriveront dans les heures ou jours qui viennent : après un test positif, il faut compter trois jours. La semaine dernière, 3.000 cas suspects ont été recensés en France, notamment à Mayotte et à la Réunion. Mais ils ont tous été récusés, c'est-à-dire que les scientifiques savent qu'il s'agit ni du variant Delta ni d'Omicron.

"Un risque très élevé" selon l'OMS

Le nouveau variant Omicron du coronavirus présente "un risque très élevé" au niveau mondial, a mis en garde l'OMS lundi, tout en soulignant les nombreuses incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant. "Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d'échappement à la réponse immunitaire, tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu'Omicron se répande au niveau mondial est élevée", indique l'organisation alors que la liste du nombre de pays où il est détecté ne cesse de s'allonger, après des premiers cas repérés en Afrique australe en novembre.

L'OMS souligne toutefois que de nombreuses inconnues demeurent sur ce variant : sa contagiosité, savoir si elle est inhérente aux mutations constatées ou si elle relève du fait que ce variant sait mieux échapper à la réponse immunitaire; le niveau de protection conféré par les vaccins anti-Covid existants en termes de contagiosité et sévérité de la maladie; et si ce variant provoque des symptômes plus graves.