La région PACA passe en vert : découvrez la nouvelle carte du déconfinement

, modifié à
  • A
  • A
La carte de l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France, au 2 mai 2020
La carte de l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France, au 2 mai 2020
Partagez sur :
La Direction générale de la santé a dévoilé samedi soir la troisième version des cartes de l'épidémie en France, avec des départements en rouge, orange et vert. Il ne s'agit encore que d'un point d'étape avant le déconfinement, qui doit débuter lundi 11 mai.

Alors que le 11 mai, date de la fin du confinement, approche, les autorités ont présenté samedi soir les nouvelles cartes de l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. La région Provence-Alpes-Côte-d'Azur est désormais complètement en vert, par rapport à la veille.

47 départements en vert, 32 en rouge

"Les cartes de synthèse de suivi de l’épidémie montrent une évolution importante aujourd’hui : les tensions hospitalières en région PACA diminuent, ce qui entraîne le passage de l’ensemble de ses départements du 'orange' au 'vert' sur la carte de synthèse", selon le communiqué de la Direction générale de la santé. 

La nouvelle carte qui fait la synthèse de deux indicateurs (circulation active du virus et les capacités de réanimation) comporte désormais 32 départements rouges (inchangé), 22 oranges (contre 28 la veille) et 47 verts (contre 41 la veille), est-il précisé dans le communiqué. 

Une carte qui sera figée le 7 mai

Dans les départements en vert, une moindre présence du virus permettra d'organiser un déconfinement plus large. Ceux en orange (une catégorie provisoire) ne présentent qu'un seul des deux critères favorable - la circulation active du virus ou les capacités en réanimation. Le 7 mai, ne resteront que deux catégories -vert et rouge- qui détermineront le niveau de relâchement des restrictions mises en oeuvre depuis le 17 mars.

Au total, au 2 mai, quatre régions (Île-de-France, Grand Est, Auvergne Rhône Alpes, Hauts de France) regroupaient à elles seules 72% des cas hospitalisés, peut-on lire dans un communiqué du ministère de la Santé.