Cholestérol : pourquoi les effets secondaires des statines pourraient être surestimés

, modifié à
  • A
  • A
statine, statines, cholestérol 2:34
Les statines sont le meilleur moyen de lutter contre le cholestérol. © Paul J. RICHARDS / AFP
Partagez sur :
Les statines, ces médicaments ayant pour but de faire baisser le cholestérol, ont la réputation de générer des effets secondaires désagréables, comme des crampes et des douleurs musculaires. Lundi, le docteur Jimmy Mohamed, consultant santé d'Europe 1, a partagé les résultats d'une étude suggérant que ces désagréments étaient surévalués.

Les traitements servant à lutter contre le cholestérol s’appellent les statines. Ces dernières permettent de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’infarctus, et en particulier la récidive. Pourtant, elles sont aussi réputées pour leurs effets secondaires principaux : les crampes ou des douleurs musculaires qu’elles suscitent entraînent fréquemment l’arrêt du traitement. D’après une récente étude, ces effets secondaires seraient pourtant largement surestimés.

Durant cette étonnante étude, un groupe témoin recevait un placebo, c’est-à-dire aucun traitement, quand le second recevait les fameuses statines. Les traitements étaient administrés en "double-aveugle" : ni le patient ni le médecin ne savaient quel traitement était donné. Dans les deux groupes, les patients avaient autant de crampes et de douleurs musculaires, qu’ils aient reçu le vrai médicament ou le placebo.

Effet nocebo

Ce résultat assez perturbant peut avoir deux causes. Les personnes qui prennent des médicaments contre le cholestérol peuvent être un peu plus âgées et peuvent donc avoir des douleurs articulaires ou liées à l’arthrose. Celles-ci peuvent être confondues avec l’effet secondaire du traitement.

La deuxième explication est sans doute la plus passionnante. Il s’agirait d’un l’effet dit "nocebo". Dans le cas du placebo, si un médecin donne un traitement à son patient en lui donnant la conviction que celui-ci va marcher, son cerveau va créer des molécules le rendant peut-être un peu plus efficace. L’effet nocebo fonctionnerait symétriquement : si le médecin vous donne un traitement contre le cholestérol en prévenant que des effets secondaires sont probables, ils vont arriver de façon un peu plus fréquente.

Dès lors, en insistant trop sur les effets secondaires générés par les statines, les médecins participeraient à leur arrivée. Si certains patients auront d’authentiques douleurs musculaires sous statine, elles peuvent néanmoins être surestimées. Dans l’optique de réduire les risques d’AVC et d’infarctus générés par le cholestérol, peut-être faudrait-il donc persévérer avec le traitement par statines.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed